Depuis plus de vingt ans, l’association humanitaire « les amis de Paola » s’engage au quotidien à apporter assistance aux plus démunis. Grâce au travail de ses bénévoles et salariés à plein temps, elle permet d’offrir un peu de réconfort et un lieu de vie à ceux qui ont le plus besoin sur Fréjus, Saint-Raphaël mais, pas que.

Dans une ruelle exiguë, comme il en existe des centaines à Fréjus, se trouve une villa. Cette dernière pourrait ressembler à n’importe quelle autre habitation du quartier mais, ce n’est pas tout à fait le cas. En effet, elle accueille, tous les jours de la semaine, des personnes en grande situation de précarité. Cette villa fait partie de l’association humanitaire « les amis de Paola. » Créée il y a plus de dix ans par les prêtres de l’église du quartier de la Gabelle à Fréjus, elle s’est largement développée ces dernières années pour faire face aux demandes de plus en plus importantes. Aujourd’hui, des dizaines de bénévoles et salariés remplissent plusieurs missions au quotidien. Ils proposent, par exemple, un accueil de jour, un SAMU social ou maraude, un hébergement permanent ou encore une clinique de rue. Ouverte du lundi au dimanche, une grande partie de la journée, cette structure permet aux plus démunis d’avoir un endroit pour se doucher, manger, se divertir et même bénéficier d’affaires de secours en cas d’urgence (vol, perte etc.) « Le matin, le petit-déjeuner est servi de 8 h 30 à 11 heures. Vient ensuite le repas du midi, sur inscription. L’après-midi, il y a souvent des animations et collations. » explique Samir Fekkak, responsable de l’accueil de jour. Plus que la simple possibilité de se restaurer et passer un moment convivial, l’association permet aux bénéficiaires de prendre rendez-vous avec une assistante sociale, d’accéder à la buanderie ainsi qu’à la machine à laver.

« Les gens attendent et savent que nous allons passer » 

Toujours en semaine mais, cette fois-ci le soir de 18 à 22 heures, certains bénévoles effectuent des maraudes. Plusieurs points de rendez-vous fixes existent, quatre en ce moment, répartis sur les secteurs de Fréjus/Saint-Raphaël. Ces derniers peuvent également être amenés à se déplacer sur d’autres communes comme Roquebrune-sur-Argens ou Agay en cas de demande. « Les gens attendent et savent que nous allons passer de telle à telle heure. Pour les personnes plus marginalisées ou qui ont du mal à se déplacer, nous nous déplaçons directement dans leur lieu de vie. Il y en a à peu près une dizaine » poursuit Samir. C’est le seul moyen de s’assurer qu’ils vont bien. Grâce aux « amis de Paola » environ 90 personnes ont eu accès à l’accueil de jour et rien que pour l’année dernière, 40 personnes ont pus bénéficier du SAMU social. Pour mener à bien toutes ces missions, l’association perçoit des aides de l’État comme avec la structure d’hébergement qui a été fournie par la Communauté d’Agglomération de Fréjus/Saint-Raphaël et reçoit également des aides de la part de commerces (denrée alimentaires.)

Être bénévole demande un investissement important

Toutes sortes de personnes apportent leur aide à cette association même si Samir reconnaît qu’il y a très peur de jeunes. Il ne peut pas dire si c’est dû à un manque d’intérêt ou de temps mais, avoue en revanche, qu’être bénévole d’une telle association demande un investissement important. « Il faut être prêt à donner de son temps et il faut avoir un mental solide pour faire face à cette misère. »Si vous souhaitez devenir bénévole, rien de plus simple. Après une première prise de contact, souvent par téléphone, un rendez-vous est fixé pour passer un petit entretient. Il y a ensuite une mise en situation pour déterminer les domaines de compétences et définir vos souhaits (cuisine, maraudes etc.) suivi d’une explication sur les différentes missions. Pour finir, un planning est établi en fonction de vos disponibilités.

Pour tous renseignements :

bs-frejus@fondation-abbe-pierre.fr

04.94.52.24.68

15 rue Maurin des Maures 83600 Fréjus

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire