Réalisé par Loïc Nicoloff, « une simple formalité » m’a fait mourir de rire. Pour résumer, ce court-métrage, d’un peu plus de neuf minutes, retrace la journée rocambolesque d’Éric, pauvre mortel qui a essayé de se frotter à un système pas très bien huilé. Venu dans un centre administratif pour récupérer un papier indispensable pour compléter un dossier, il va connaître les éternelles joies que procurent les administrations françaises (vous savez de quoi je parle). Au début souriant et plein de bonne volonté, Eric finit littéralement par péter un plomb et pour couronner le tout, se fait jeter.

Pourquoi j’ai adoré ce court-métrage ?

Et bien tout simplement parce que je le trouve criant de vérité. Vous le savez peut-être mieux que moi, se rendre dans un centre administratif relève du parcours du combattant et même le plus zen des zens peut perdre son calme en quelques minutes. Vous savez quand vous arrivez mais, jamais quand vous allez repartir. Tous les personnages de cette histoire ressemblent aux énergumènes qu’on rencontre là-bas. De l’hôtesse d’accueil qui n’en a strictement rien à faire de vous et vous le fait bien comprendre au conseiller qui vous pourri comme si vous étiez un môme parce que soit disant il vous manque un papier super-méga-important alors que vous n’en avez jamais entendu parler avant (et c’est déjà la quatrième fois que vous vous déplacez.) Bon d’accord, les traits ont été très exagérés mais, après tout ce que certains nous font subir, on peut bien se moquer un peu non ? Et le pire dans tout ça, c’est que vous avez beau les détester, tous ces centres administratifs, vous savez pertinemment qu’il n’y a aucun moyen d’y échapper et que tôt ou tard le Éric qui pète un câble, ça sera vous. Quant à la chute, c’est juste du pain béni, mais je ne vous spoilerai pas !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire