Il s’appelle Peno. Et sur facebook on le retrouve sur sa page « Le Pen Noël » depuis Décembre 2015. Et en deux mois, il explose les scores de likes et de partages. A base d’humour bien gras, en 4 bulles, il met en scène des gens qu’on voit tous les jours et qu’on adore détester. Et le plus dingue dans l’histoire, c’est qu’il cherche à démocratiser l’expression « Bah Alors ». Et avec la même typo que nous. Et promis, on ne l’a pas obligé – au contraire – on ne se connaissait même pas avant hier! Interview d’un mec qui aime Fifa et les réseaux sociaux.

Peno, tu es le créateur de la page « Le Pen Noël », c’est quoi au juste ?

C’est une page sur laquelle j’ai trouvé comment exprimer tout ce que je ressens envers la société actuelle. Ça consiste clairement à mettre en pls (position latérale de sécurité) toute personnalité au cœur des médias ou du buzz actuel. Sous forme de bande dessinée en 4 vignettes et à base de punchlines, j’vais leur rentrer dans le lard. Je les vois à la télé, sur mon canapé. ils parlent, ils parlent. Mais nous, on n’a jamais notre mot à dire. Je vois des sondages dans les journaux, et de toute ma vie je n’ai jamais connu une seule personne qui avait participé à un seul de ces sondages. Donc j’me dis que c’était pas tellement réaliste et ce que les gens veulent, c’est comprendre vite, bien, et surtout rire.

Comment t’es venue l’idée ?

Après 6 despés, entouré de mes potes chômeurs, devant Fifa. On aime bien s’insulter, c’est notre passe temps. Puis un soir y’en a un qui a sorti «  tu crois encore au pen noël toi sale btrd! ». Parce que j’lui annonçais un tarif ancestral. Il était bien bourré, ce n’est pas ce qu’il voulait dire. Dans ma tête j’ai instantanément posé un petit bonnet sur la tête de JM, et j’me suis dis que ça avait d’la gueule. On sortait d’une période difficile en France, je passe plus de 10 heures par jours sur les réseaux, Je voyais que les gens étaient démoralisés et j’me suis dis, pourquoi pas secouer toute cette merde ?

Dans ta page, le ton est donné. C’est pas forcément fin, mais on rit assez facilement. Qu’est-ce qui t’inspire ?

J’ai l’avantage d’avoir habité en Bretagne sur île, à Londres puis sur la banlieue de Paris. Ça offre une diversité de contacts assez énorme sur les réseaux sociaux. J’arrive petit à petit a savoir quel humour peut faire marrer chaque communauté sans pour autant blesser totalement la concernée. Les femmes m’inspirent, le rap français (Seth Gueko est le maître en la matière), certains youtubeurs, le ghetto parisien (on appelle ça le bendo, bendo na bendo), des dessinateurs comme Marsault ou encore quelques humoristes. Je ne dirais pas lesquels car je ne veux être associé à aucun mouvement politique. On est surtout là pour se marrer, et la politique, pour l’instant, ça me fait chier. Mais ceux qui me suivent s’en doutent.

 Ça a commencé en Décembre 2015, 2 mois après tu te retrouves avec plus de 34000 likes, et un lot de likes et de partages complètement dingue. À ton avis c’est dû à quoi ?

Je pense que c’est dû au fait qu’Internet commence à réellement remplacer la télé petit à petit. Les gens ont compris qu’on pouvait se créer notre propre réseau d’information et les trucs « intéressants » qui passent à la télé finissent forcément par atterrir un jour sur Internet. Les gens veulent rire et oublier leur journée de merde et ils espèrent pouvoir se marrer un peu sur Internet avant d’en commencer une autre. Et j’suis le premier concerné, je ne like que des pages marrantes ou humanitaires.

Jean Marie Le Pen est ton personnage, pourquoi ?

Parce qu’il est charismatique et que pratiquement chaque punchline de sa part est restée dans les annales. Le petit bonnet de noël ça lui colle à la peau. Et puis Père noël / Pen Noël, ça se ressemble. Ça aurait pu être poutine ou Chirac mais le début de cuite de mon pote en a voulu autrement.

Mise à part cette page, tu fais quoi exactement ?

J’ai bossé 4 ans dans des bars et dans la manutention. J’y ai rencontré des bons phénomènes. Des mecs qu’il fallait pas emmerder, aussi bien physiquement qu’oralement. Des mecs qui charbonnent toute l’année pour se payer une semaine de camping en 2 étoiles avec un crédit pour les courses au Lidl. Quand j’y pense, ils m’inspirent, eux aussi. Maintenant j’suis en école de e-commerce. A coté de ça j’essaye de m’occuper de la communication de jeunes artistes en qui je crois. J’adore le poker en ligne et les applications pour rencontrer des femelles. Même si manifestement, pour l’instant, c’est toujours mon chat qui est chargé du ménage dans l’appart.

Tu nous a envoyé un message nous invitant à aller sur ta page parce que tu essaies de « démocratiser l’expression bah alors » . Le truc c’est qu’on a constaté qu’on utilise carrément la même typo pour l’écrire ! Comment tu nous as trouvé ? Pourquoi tu veux démocratisé cette expression, et surtout qu’est-ce que tu as pensé quand tu as constaté qu’on avait le « bah alors » en commun ?

Je cherche souvent sur Google qui parle de moi. Souvent des artistes connus me partagent mais ils suppriment la signature, et j’aime bien leur rendre rapidement la pareille sur la page. Ou des fois je tombe sur des sites, comme la pénoplastie, qui me font aussi bien rire. La je cherchais qui disait ‘Bah alors’ et j’suis tombé sur vous. Avec la même typo. J’me suis immédiatement dis qu’on était liés d’une manière ou d’une autre. Fallait qu’on fasse un feat. Je reçois des snap (via le compte snapchat : lepennoel) de québécois, de sénégalais, d’algériens (one two three les mecs, calmez-vous), de belges.. Qui gueulent ‘BAH ALORS’. Et ça m’éclate.  Actuellement ce sont les rappeurs qui régissent le langage de la plupart des jeunes (« en mode », « oklm », « ouai gros »…) et si j’pouvais un jour aller en vacances et entendre ces mêmes jeunes lâcher un ‘Bah alors’ pendant qu’ils mettent quelqu’un en pls, ben j’serai content.

Un dernier mot pour la fin ?

Un grand merci à «  les meilleurs fdp du net », Frogg et Erwan. 2 mecs que j’ai jamais vu de ma vie mais avec qui je parle tous les jours, et qui ont été un vrai tremplin grâce à leur notoriété sur le web (250K likes sur facebook). Ils ont toujours cru en moi, et je crois en eux. Ils innovent et me font rire, ça suffit pour devenir bons potes. Et à vous. Et surtout à tout ceux qui m’envoient des messages de soutien, vous donnez beaucoup de force. Je lâcherai pas 😉 Bah alors.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire