Le litham est connu pour être un voile que portent les femmes musulmanes. Il sert également aux Touaregs à se couvrir en cas de tempête. Ici, il n’est pas question de tissu, mais de musique. Litham est un de ces rares groupes qui a tenté de créer une alternative entre le Rai et le Chaabi.

Je me souviens de ce jour ou j’étais branché sur Arte…je vois que la fabuleuse émission « Tracks » annonce un reportage sur un groupe de métal algérien. Dans ma petite tête, l’assemblage « métal algérien » me fait vriller. Je commence déjà à me préparer au pire. C’est après une rubrique sur un peintre Suèdois qu’on introduit Litham, les fameux. Le genre musical : à mi-chemin entre du heavy métal et du Death Métal. Crée à la fin des années 90, cette bande de jeunes algériens révoltés d’écouter du Cheb Mami a décidé de monter un groupe de métal. Ils sont énervés, beaucoup trop énervés. Litham sort son album « Dhal Ennar » (« Maison de l’Enfer » en arabe) en 1999, et à même le droit à une chronique sur le webzine VS, une source sure pour les metalleux. Dans cet album, on y dénonce la société algérienne, la vie quotidienne des jeunes ou la politique du pays. Ce qui expliquerait probablement l’assassinat de leur producteur. Sa musique est le cliché du métal: riffs de guitares, musiques dynamiques et chants gutturaux. Litham reste tout de même un groupe qui n’a jamais connu la gloire ni le succès. La preuve en est que leurs titres sont quasi introuvables, c’est encore pire pour leur album. Mais, ce qui est louable, c’est quand même d’avoir eu l’audace de sortir un album innovant dans le paysage de la musique arabe. Historiquement, il s’agit du premier groupe issu de la culture arabe à sortir un album de métal. Le groupe a toutefois réussi  à produire quelques prestations en Europe. Actuellement certains membres continuent à faire du métal et à promouvoir ce style encore inconnu et surtout très controversé dans ces pays (qu’on connaît bien, regardez comment je m’appelle).

Alors Litham c’est un gros « Big up » pour le geste, en revanche pour la musique, ça l’est un peu moins. Pour les curieux, Tracks c’est tous les samedis soirs, sur Arte sur les coups de 23h30 ou tout simplement sur leur site.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire