Au magasin Cultura à Puget, les vendeurs sont tous chouettes, souriants, accueillants. On peut facilement leur attribuer tous les adjectifs qui collent bien aux bons vendeurs. Parmi toutes ces qualités, si il y en avait une à souligner, c’est qu’il ont dans l’ensemble de très bons goûts. Au rayon films, vous pouvez retrouver Matthieu, qui nous conseille la plupart du temps… de très bons films. Sans tomber forcément dans les « box-office », il déniche toujours la bonne sortie DVD/BLU RAY. Par exemple (et là c’est très personnel), j’ai pu découvrir le film Ex-Machina qui est une pure merveille dans le genre film d’anticipation. Bien sûr ce n’est pas le sujet du jour, mais cette petite introduction est surtout là pour vous rappelez que les mecs en gilet bleu à Cultura ne sont pas des robots. En plus de leur fonction «oui, l’article que vous cherchez se trouve ici» ou encore «je peux vous le commander sans problème», ils ont la fonction communication et culture générale. Et des fois, ça fait aussi du bien de se faire guider dans nos choix culturels, ça fait varier les plaisirs et surtout ça nous ouvre vers d’autres champs que nous n’aurions pas exploré. La preuve avec ce duo de films qui n’ont rien à voir et qui pourtant font passer un super moment.

Anthony Hopkins Vs. Ice Cube

La seule liberté qu’on a pris réside dans l’ordre de diffusion des films. Bien installés dans notre canapé, on a commencé par Straight Outta Compton. Film événement du dernier trimestre 2015, Straight Outta Compton retrace l’histoire du groupe de rap mythique N.W.A. Celui-là même qui a vu naître Dr.Dre ou encore Ice Cube pour les plus mainstream, et le reste de la bande, qui en plus d’avoir marqué l’histoire sont de véritable référence dans la culture hip-hop. Bon film à voir pour la culture, puis pour une fois qu’on nous envoie une histoire du hip-hop sans que ce soit (trop) stéréotypé, nous on approuve. Par contre on vous conseille de le regarder en VO sous-titrée parce qu’en français, le doublage craint un max.
Deuxième film, « Prémonitions ». On se dit qu’on a fait le bon choix en le mettant en deuxième partie de soirée, parce que l’ambiance n’est plus la même. « Seven » moderne, ce film met en scène Anthony Hopkins qui n’en est plus à un rôle de psychopathe près. Sauf que cette fois, c’est lui l’enquêteur, et Colin Farrell le malade. Cette fois, la traque est très compliquée car le tueur peut voir l’avenir, et son poursuivant aussi, mais un poil moins bien. Scénario un peu téléphoné, mais à voir pour les amoureux de bons polars à l’américaine.
Ibrahim Berbar

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire