Comme tous les 10 ans environs, les comics font ce qu’on appelle un « reboot » de l’histoire de leurs super héros. Parfois pour rajeunir leur lectorat (comme Iron Man qui se fait kidnapper0 au Moyen-Orient plutôt que chez les communistes) d’autres fois pour établir un nouveau lien avec la société actuelle. Les « reboot » sont plus des mises à jour en adéquation avec notre temps. Dans les années 70, Luke Cage est le premier héros afro américain ; et plus récemment le nouveau Spiderman est un jeune latino comme pour signer la fin des guerres ethniques. Au début des années 90, Northstar, un héros des X-Men, a fait son coming-out, et en 2012 il s’est marié… Plus récemment, les séries de chez Marvel et DC comics font la part belle à la parité hommes/femmes. Il arrive que ça donne n’importe quoi (Dans les nouvelles aventures de Thor, le dieu de la foudre est une femme), il arrive aussi que ce soit plus cohérent avec des héroïnes de second plan qui obtiennent pour la première fois leur propre série (Jessica Jones en comics comme en série TV). Mais là n’est pas le propos. La révolution c’est Miss Marvel. Grande blonde, toute de cuissardes et de combinaison sexy, se transforme cette année en ado avec du caractère mais surtout issue de la communauté musulmane.

Des petits clichés presque pédagogiques.

Kamala Khan est donc une jeune fille d’origine pakistanaise et de confession musulmane. Qu’est-ce que ça change? Quelques détails. Ses parents sont très protecteurs à la fois de par leur statut d’immigrés mais aussi du fait de leur culture et de leur croyance (Kamala n’a pas le droit de sortir le soir parce que les jeunes boivent de l’alcool, entre autres). Sa meilleure amie est elle aussi musulmane, elle porte le voile mais Kamala non. Parce que c’est pas son genre, et parce que son père n’aime pas non plus. Elle ne mange pas de porc mais se demande quel goût ça a. Il fallait quelques pages pour nous situer son milieu de vie. Parce que beaucoup ne comprennent pas, ou parce que beaucoup ne veulent pas comprendre. Malgré quelques clichés (son frère est au chômage et cherche un boulot en adéquation avec sa religion), le comics devient un petit guide de la famille musulmane, les gens qu’on a comme voisins. Kamala est vue comme une ado normale, avec des problèmes d’ado. Seule la situation familiale est différente de ce qu’on connaît. Un bel effort fait par Marvel, comme un pied de nez à l’histoire moderne. Bravo.

Le prix de la série nettement mérité

Miss Marvel n’est pas un comics comme les autres, et ce n’est pas uniquement dû au scénario. L’histoire est même un peu édulcorée – une habitude chez Marvel qui nous lance toujours dans des aventures légères et grand public – mais pas trop (les rebondissements sont nombreux). Le dessin assuré par Adrian Alphona a un air de bande dessinée européenne avec un découpage à la comics. C’est agréable à l’œil et presque original. On s’attache à Miss Marvel assez facilement, et le tome se dévore rapidement. Les super pouvoirs de Kamala sont atypiques (elle peut se transformer en n’importe qui ou encore changer de taille) mais la future Miss Marvel a bien du chemin à parcourir avant de savoir gérer toutes ses nouvelles compétences. Une aventure à suivre.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire