Lorsque mes charmants supérieurs/maîtres de stage super sympathiques (j’en fais trop je sais mais, je veux une bonne appréciation sur mon rapport de stage) m’ont gentiment proposés de visionner, en avant-première, le film de Charlie Kaufman et Duke Johnson (Anomalisa) je me suis dit : pourquoi pas ? Ça peut être cool et puis, je ne vais pas faire la difficile alors que j’ai l’occasion de mater un film tranquillement avec seulement cinq autres personnes dans une immense salle de ciné (et donc, sans être dérangée par des nuisances sonores aussi intempestives qu’insupportables). Par contre, après avoir visionné plus sérieusement la bande-annonce, j’ai commencé à paniquer en me disant que je risquais de ne pas comprendre grand chose. Malheureusement, mon intuition n’était pas totalement infondée. Je ne peux pas dire que j’ai détesté ce film d’animation (je ne sais même pas si c’est le bon terme) mais, j’en suis sortie assez perplexe et sur ma faim. Le synopsis cohérent est plutôt bien mené – même si l’histoire reste assez déprimante – et la réalisation est carrément impressionnante. À plusieurs reprises, j’ai même eu l’impression d’avoir affaire à de vrais comédiens et pas de simples personnages en mousse mais, je me suis également perdue pas mal de fois et surprise à pianoter sur mon téléphone alors, qu’en temps normal, ce n’est absolument pas dans mes habitudes quand je vais au cinéma. Par exemple, je n’ai pas tout de suite compris pourquoi tous les personnages avaient quasiment la même voix (d’hommes). J’ai également eu du mal à me concentrer sur leur visage, car j’étais vraiment perturbée par le fait qu’ils avaient des visages particuliers. Ce ne sont peut-être que des détails mais, ils m’ont empêché de me concentrer sur le reste. C’est comme avec le passage où le personnage principal se retrouve dans un état d’angoisse et se retrouve à faire des mimiques flippantes devant son miroir puis reprend sa vie comme si de rien n’était. Mec, c’était quoi ça ? Et surtout, c’était quoi le but de cette scène ? Je ne saurais probablement jamais. Bref, je ne dis pas que j’ai perdu mon temps mais, je suis sortie de la séance un peu gênée sans avoir vraiment tout capté.. et comme dirait l’autre : j’aime pas trop les films où il faut un mode d’emploi (merci Nicolas Muller !)

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire