C’est en 1996 que le monde de bien des fans de musique s’est effondré, sur lui-même, suivant une courbe régulière et d’une violence absolue. Une pente à 90 degrés, avec simplement des étapes en béton, histoire de se broyer la mâchoire bien comme il faut. Il y a eu un avant et un après 1996. Une époque bénie qui a accouché de merveilles absolues , et qui a duré 5 ans, de Nevermind de Nirvana et du Black Album de Metallica (qui avec le temps qui passe, reste une pièce maîtresse pour plein de raisons), en passant par les premiers albums de Machine Head, de Rage Against the Machine, Arise et Chaos AD de Sepultura, des brûlots absolus comme Once Upon The Cross de Deicide ou Domination de Morbid Angel, bref…le rock et ses dérivés vont plutôt bien. Et puis, il y a eu un événement néfaste : la naissance de Korn. Et la sortie en 1996 de son deuxième album, qui a tout défoncé, « Life is Peachy ». Non pas que le groupe soit mauvais, on l’aime ou pas, mais il restera dans l’histoire de la musique. Il se trouve néanmoins que Korn a accouché de tous les groupes de rock énervé les plus nuls de la création, Ill Nino, Linkin Park, Amen, Aqme, Godsmack, Mushroomhead, Vegastar, Scarlet…des trucs ignobles, qui se ressemblent souvent beaucoup, et qui réunissent ce dénominateur commun complètement stupide chez leurs fans : ils sont soit très jeunes (et là, d’accord), soit ce sont des repentis qui rejettent en bloc tout ce qui s’est fait avant. Et ça, ça s’appelle de l’infidélité, faire la girouette, être un blaireau. Le degré zéro du fan de musique, qui considère que le nouveau son a toujours raison. Le phénomène Nouvelle Star à l’échelle de la guitare électrique accordée en si. Alors, modérons : tous ces groupes ont sorti quelques perles qui même aujourd’hui, une fois la colère passée, valent bien mieux qu’une simple nouvelle écoute « pour rigoler ». Un album de Sevendust ou de Limp Bizkit, même pour un grand « hater » du Nu Metal (quel nom à la con, déjà), ça le fait. Mais à cette époque, qu’est-ce qu’on avait à écouter, nous, les « vrais » ? Un album de Pantera (The Great Southern Trendkill ») et un truc tout vert et très lent (« October Rust » de Type O Negative), et une tonne de hautes trahisons : Roots (Sepultura), Load (Metallica, en attendant Reload, même caca), Evil Empire (Rage Against The Machine), et pas encore le minable The More Things Change de Machine Head, qui plongera 1997 dans une époque noire, sauvée par le Black Metal. Merci Emperor, merci satan.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire