Mars Attacks! de Tim Burton

mars_attacks_ver3

Il était pour moi légitime de choisir Mars Attacks! pour l’année 1996. Il s’agit probablement d’un de mes films préférés. L’univers de Tim Burton est un monde vaste et fascinant. Véritable maître du fantastique, graphiste de perfection et réalisateur de talent, Tim Burton continue sur sa lancée. Après « Beetlejuice » ou l’excellent « Edward aux mains d’argents » avec Johnny Depp, le réalisateur américain sortira en 1996 un film complément barré: « Mars Attacks! ». Dans ce dernier, Burton évoque un sujet très populaire aux États Unis: les Extraterrestres. Et ouais, les States restent le pays le plus fasciné par cet univers de soucoupes volantes et d’aliens. Dans le film, Les Etats-Unis s’apprêtent à vivre une invasion de martiens, qui s’y installeront, histoire de leur rendre un peu visite. Mettant en scène un Jack Nicholson dans la peau du président américain, Mars Attacks! est un condensé de folie Burtonienne, d’effet spéciaux bien kitsch des années 90, d’humour noir et cynique. Parce que oui, à travers ce film on se moque des valeurs américaines, sous un super sarcasme. Le casting est de taille: Jack Nicholson, Michael J Fox, Glenn Close (Cruela), Pierce Brosnan ou encore la jeune Natalie Portman. Une comédie – science-fiction hilarante, captivante qui a bizarrement bien vieilli.

Le Jaguar de Francis Veber

Le-Jaguar

Attention alerte navet ! Wenu, un chef indien vient parler de la cause amazonienne à Paris. Il sera accompagné par son interprète, Campana (Jean Reno). Ces deux croisent François Perrin, un joueur de poker endetté, interprété par Patrick Bruel (qui est d’ailleurs lui même un joueur de poker), et Wenu voit en lui une sorte de génie, un « Elu » qui le sauvera d’une mort imminente. Au départ, il n’y croit pas trop (normal, c’est pour jouer le suspense), puis l’auteur de « Casser la voix » se chauffe et va en Amazonie accompagné Wenu et Campana. D’ailleurs avec ce dernier, la relation va être relativement tendue. On ne sait pas trop, si le film doit nous faire rire, a priori oui. Je ne saurais même pas quoi dire sur ce film, en vrai. Je ne sais même pas ce qui me dérange le plus, si c’est l’association Bruel / Reno ? Peut-être bien. Si c’est juste un (très) mauvais remake de la Chèvre ? Probablement. Véritable nanar du cinéma français, le jeu d’acteur de Patrick Bruel figure parmi les plus anthologiques. Comme disait l’autre: « C’est tellement mauvais que ça devient brillant ».

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire