Retour sur un monument majeur du rap français, probablement le meilleur.

doc-gync3a9co-premic3a8re-consultation1

  1. Ou en était le rap ? Et bien, le Rap dérange encore et toujours. Il est dénigré par les médias. Il y avait un grand combat opposant les Marseillais d’IAM aux Suprême NTM de Saint-Denis. Un remake d’OM contre le PSG. Avec d’un côté un OM plus inspiré par le western spaghetti et les samouraïs guidés par la sagesse d’Akhénaton, et un PSG plus rude et plus brut avec comme leader le « charismatique » Joey Starr. Puis d’autres groupes explosent à leur tour: Idéal J, Assassins ou encore Les Sages Poètes de la Rue. Mais, en 1996, un album va « bouleverser » le Rap Français: celui de Doc Gyneco. Issu du groupe Ministére AMER, le Doc sortira son premier album solo. Il le nommera « Première Consultation ». Pas étonnant pour un docteur. Doc Gyneco, c’est un peu ton pote relou. Celui qui ne t’écoute pas quand tu lui parles, qui se moque un peu de tout et de tout le monde. Abordant une attitude très nonchalante,  il incarne un personnage. Il est déprimé mais avec tout de même une joie de vivre, il dégagera un aspect de « gentil méchant », faussement macho mais très romantique, avec une forte obsession pour le sexe. Dans cet album, Doc Gynéco explore le monde. Il s’en inspire pour peindre une toile. Sur cette toile, il y a plein de références, plein de personnages. Le décor est vaste. Il chante la déprime,  glorifie Vanessa Paradis, traite des sujets sociaux et décrit la vie quotidienne de la jeunesse des rues. Et tout ça, le Doc l’aborde de manière très légère, avec un ton monotone presque naturel. « Première consultation » marque d’une pierre blanche le rap Français. En brisant les codes stéréotypés du rap, où l’on prime le flow et la technique, ici, le Doc étale ses pensées sous forme de prose, sans spécialement travailler les rimes et la rythmique.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire