Amnesty International, vous savez à quoi ça sert ? Nous, on croyait qu’on le savait, et pourtant il a fallu qu’on le demande pour en être bien sûrs ! Humanitaire, ça on avait bon, mais pour le reste on pataugeait un peu. Heureusement, Arlette et Pascale, deux membres de l’antenne locale d’Amnesty à Puget, nous ont éclairé :  » Créée en 1961, Amnesty international a élargi son champ d’action au fur et à mesure de son histoire. L’association s’occupe de la défense des prisonniers d’opinion, de l’ensemble des droits civils, politiques, économiques, et plus généralement tout ce qui est inscrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Le mouvement est implanté dans un nombre de pays toujours plus grand. En France, Amnesty existe depuis 1971″. Voilà, c’est déjà plus clair. Cette année, les antennes varoises seront partie prenante dans le festival de cinéma « Au coeur des droits humains », lors duquel deux films seront projetés au Vox de Fréjus les 4 et 21 mars.

Action locale

En marge de ces deux films, l’antenne locale, comme les 400 autres en France, travaille au quotidien sur des grands sujets de société pour atteindre ses divers buts, tous dirigés dans le même sens : le respect des droits de l’homme. La structure envoie des courriers aux dirigeants du monde entier pour les inciter à respecter leurs ressortissants ou leurs détenus. Elle suit aussi la situation des victimes (de ségrégation, de privation de droits, de catastrophes, etc) dans le temps, mobilisant la presse, et faisant tourner des pétitions prises très au sérieux par les gouvernements. Elle organise aussi des événements pour promouvoir ses actions. C’est dans ce volet que s’inscrit la diffusion des deux films concernés par le festival « Au coeur des droits humains » 2016, avec :

Le vendredi 4 Mars

« This is my land » de Tamara Erde (20h, en présence de la réalisatrice)

Le lundi 21 mars

« My sweet pepper land » de Hiner Saleem (20h, dans le cadre du ciné-club)

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire