Et tout ça, au présent ! La boîte s’appelle Kalkin, le produit c’est Kelmis, et le bonhomme qui le vend, lui, se nomme Pierre-Jean Mathivet. Le concept : une grande table numérique, connectée, qui propose au public de découvrir en direct la cartographie d’un lieu de vacances, en regardant d’un simple clic tout ce qu’on peut faire à tel ou tel endroit, en hiver ou en été. Dit comme ça ça n’a l’air de rien, mais sur place c’était fou. On va mieux comprendre tout ça avec quelques explications.

Pierre-Jean, c’est quoi la spécialité de l’entreprise Kalkin ?

Digitaliser les sports de nature. On allie le numérique avec le sport, on fait des objets connectés et de la réalité virtuelle, et notre domaine, c’est le sport de pleine nature. On fait par exemple des GPS connectés pour les skieurs, pour qu’ils sachent se repérer sur les pistes, repérer leurs familles ou leurs amis, et recenser toutes les informations de leur journée de ski, nombre de kilomètres, dénivelé, etc. On vend des solutions clés en main complètes, les objets et les applications qui vont avec, web ou mobile. On est basé en Auvergne.

Et cette table, c’est quoi ?

Kelmis c’est un agent d’accueil numérique, pour toutes les sociétés ou les institutions qui vont accueillir du public sur leur territoire. L’idée, c’est de les immerger dans un territoire, ça leur permet de comprendre où ils sont. On peut apprécier les distances, les hauteurs, le relief. On peut comprendre les vallées, par exemple sur ce qui est montré ici on est dans un territoire de montagne. On peut se projeter dedans. Et ensuite, on intègre les données des activités d pleine nature. On clique sur une zone, et les activités apparaissent. On montre avec cet outil tout ce que proposent les prestataires du territoire. L’idée c’est de proposer tout en même temps, du ski, de la randonnée, une via ferrata ou une simple balade, et de mettre tout ça en perspective. Par exemple, si vous êtes sur ce sommet (il clique, ndlr) vous avez la vue sur cette plaine magnifique, et ça, c’est pendant la via ferrata. C’est un conseil personnalisé du territoire, et ça permet aux professionnels de vendre plus facilement leur territoire. On est sur de l’activité de pleine nature, mais ça pourrait fonctionner avec du patrimoine ou du culturel.

C’est très important pour le public, de se projeter dans leur lieu de vacances ?

C’est primordial de proposer une expérience utilisateur. Les gens qui utilisent la table ont les yeux qui brillent, on a remarqué que cet objet leur donnait envie d’aller sur le terrain faire toutes ces choses. Cette table recrée du lien au niveau de l’accueil, là où la table est installée, ils reviennent pour jouer : « est-ce que finalement ça ressemble à ce que j’ai vu en vrai ? » En fait on a créé un genre de jue vidéo. On peut changer l’environnement climatique d’un territoire, par exemple sur un lieu comme une station hivernale, on a des activités hiver et été. On a la main sur tout, on nous a fait d’excellents retours sur le fait que le manque de neige laissait de la place à d’autres activités, et qu’avec cette table, on y avait accès en temps réel. On peut vraiment jouer avec tout ça.

Et les étrangers, ils adhèrent ?

On l’a présenté au CES de Las Vegas, avec le Grand Canyon comme exemple. On parle de nous au Japon, en Corée, c’est un produit issu de l’intelligence française et qui s’exporte plutôt bien !

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire