A l’occasion de cette spéciale « Femmes » , deux albums entièrement féminins et « féministes » sont passées sur le banc d’essai. L’un sonne Jazz, l’autre est une espèce d’expérience musicale, mi-électronique mi-engagée. On vous explique tout ça !

Fatima Al Qadiri – Brute

COVEREXACTYX-640x640

Quand on lit le nom, l’une des premières choses qu’on doit se dire c’est « tiens, une chanteuse de Rai. » Malheureux que vous êtes ! Figurez-vous que Fatima Al Qadiri c’est tout sauf de la musique traditionnelle. Cette globetrotter, passée par le Koweit et le Sénégal et maintenant installée en Grande Bretagne, est une productrice de musique électronique. Fatima est aussi une it girl qui touche à la mode et à la photographie. Son univers est sombre et lumineux à la fois, il peut paraître glauque mais il parvient à tenter des choses étrangement bien faites. Après son album conceptuel Asiatish où elle nous emmène dans un voyage interstellaire en Chine, cette année, elle revient avec un album, plus sobre mais toujours aussi fascinant. Brute, c’est de la grime façonnée par des voix christiques et des sonorités propres à son auteure. Artiste engagée pour les causes sociales, elle explique qu’ici elle dénonce entre autres les violences policières. Destructuré, l’album porte bien son nom, tant l’univers reste tout de même brut et envoûtant malgré les moments d’apathie.

Esperanza Spalding – Emily’s D + Evolution

especover_sq-bba2ca06b1c516a8e81af306766409f9a5468995-s300-c85

« C’est notre coup de cœur » aurait titré Télérama . Elle nous avait laissé il y a 4 ans avec le délicieux Radio Music Song, la voilà de retour, avec Emily’s D + Evolution. A la fois contrebassiste, bassiste et chanteuse, elle explore le monde du Jazz depuis 10 ans. Dotée d’un talent incontestable, elle revient avec un projet dans la lignée de son précédent opus mais tout de même avec de la fraîcheur. Elle a troqué son afro pour des dreadlocks, le jazz est là mais les sonorités plus rock se sont greffées, laissant les cuivres de coté pour des riffs de guitares électriques. Est ce l’Evolution qu’elle évoque dans le titre de l’album ? Probablement, en tout cas une chose est sûre: Son album est un véritable bijou. Mention spéciale pour « Funk The Fear » qui est probablement le morceau le plus cool de l’album.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire