Pour discuter d’une fermeture éventuelle, dans le service public, c’est pareil que dans le privé, rien de mieux qu’un représentant syndical.  Christine Romano est Secrétaire de l’union locale de la CGT, et c’est elle, qui travaille dans les bureaux fréjusiens depuis suffisamment longtemps pour en connaître par coeur le fonctionnement et les rouages, qui porte le combat des agents qui souhaitent garder en vie le bureau dit de « Centre Ancien », rue du Dr Ciamin. Même en portant les couleurs de la CGT, on n’obtient pas toujours les réponses qu’on veut, y compris les plus basiques. Fermera, fermera pas ? Il paraît que le groupe La Poste ne sait pas. En tous cas, ils ne disent rien, à personne.

Christine, le bureau de centre Ancien est menacé de fermeture, pourquoi ?

La Poste ne nous le dit pas franchement, de même qu’elle ne nous dit pas franchement qu’elle souhaite le fermer. Ils ont quand même dû constater qu’il y avait une pétition (1300 signatures, ndlr), une mobilisation dans le quartier, donc ils doivent se méfier. Mais c’est la politique de l’entreprise, fermer tous les petits bureaux qui sont jugés « pas rentables ». On a été reçus en audience à la direction, les représentants de la CGT et de SUD, pour parler de ça. On nous expliqué que les emplois n’allaient pas sauter. Evidemment, puisque ce sont des fonctionnaires ! Mais ces deux postes de travail disparaîtraient quand même.

C’est un bureau où personne ne passe ?

Bien sûr que si, c’est simplement que la Poste trouve qu’il n’est pas assez rentable. La boîte préfère déléguer les services de la Poste aux commerçants, donner les recommandés, distribuer les paquets, faire de l’affranchissement, vendre des timbres.

Ce système existe déjà dans les villages, non ?

C’est vrai que ça se fait de plus en plus. Par exemple, les Pays-Bas misent beaucoup là-dessus, on nous en a parlé ce matin. Le problème c’est que les commerçants n’ont pas la formation, ils ne sont pas assermentés. Les recommandés ont une valeur juridique, par exemple. La qualité et la sécurité se perdent.

Fréjus compte sept bureaux avec celui de St-Aygulf, c’est peut-être aussi pour ça que l’entreprise souhaite en fermer un, non ?

Mais celui de Centre Ancien est très utile et très populaire ! Il est très bien situé, et les personnes âgées, notamment, n’ont pas toujours moyen de descendre jusqu’au bureau principal, même s’il n’est pas loin. En bas c’est difficile de se garer, aussi. Dans le centre, il y a des commerçants, le bureau participe à l’animation du quartier, si on l’enlève, ce ne sera plus pareil. Il y a plus d’une centaine de personnes qui passent par jour. Si un commerçant récupérait les missions de la Poste là-haut, il ne récupérerait que la partie courrier, pas les opérations finacières, retraits, mandats, Western Union (transfert d’argent express vers l’étranger, ndlr). Ces services, il faut les connaître. Et même si je sais que dans certaines villes les commerçants font des retraits…quelle confidentialité, non ? Les responsables de La Poste aimeraient même aller jusqu’à faire payer les commerçants pour qu’ils proposent ces services, au motif que ça attirerait encore plus de monde chez eux.

Et la posture de la mairie, qu’est-ce qu’on vous en a dit ?

On sait que le bureau a été ouvert par la volonté de François Léotard en 96, qui avait à l’époque bataillé avec le groupe La Poste pour obtenir le droit d’avoir un petit bureau social en centre ville. Il est destiné aux gens qui vivent là-haut, qui pour beaucoup ne sont pas fortunés, il ne faut pas oublier qu’en plus d’être une entreprise commerciale nous sommes aussi un service public, il y a des clients, certes, mais il faut parfois rappeler à nos dirigeants que nous voyons aussi beaucoup d’usagers. La mairie payait le loyer pour faire avaler la pilule à La Poste, un loyer peu cher, mais quand même, et le local appartient à la personne qui vit juste au-dessus.

Vous avez demandé à rencontrer quelqu’un ?

Oui, mais la mairie a botté en touche, en nous disant que c’était flou. Bref…quand on a distribué des tracts sur le marché, pour défendre le bureau, on a rencontré un succès incroyable, tout le monde voulait le prendre, et tout le monde voulait signer la pétition ! Mais on a l’impression que la mairie, alors qu’on aimerait qu’elle nous aide, s’en désintéresse. Alors qu’elle nous a aidés par le passé, en ouvrant un bureau à la Tour de Mare, et dans le futur, en prévoyant un bureau à Caïs, orienté commerce ».

Ce bureau manquerait beaucoup aux usagers ?

Il est convivial, bonne franquette, les filles là-haut connaissent tout le monde, elles ne demandent plus leurs pièces d’identité aux gens. On s’y réconcilie avec le service public, avec l’état, ce bureau crée beaucoup de lien social. C’est certes une société anonyme, mais qui appartient en grande partie à l’état, le reste à la caisse des dépôts et consignations.

Parmi le personnel, tout le monde souhaite le garder ?

Oui, mais ce sont surtout les agents qui travaillent là-haut qui souhaitent le garder, elles sont très motivées. Pourtant, elles ne risquent pas de perdre leur place. Sandrine, qui travaille à Centre Ancien et qui vient de recevoir la médaille du travail de la part de la direction, a essayé d’en savoir plus au sujet de la fermeture, on lui a répondu un truc vaseux.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire