Et Franck, du Globe-Trotters café, qui a fait le tour du monde, il en pense quoi ? Nostalgique ou content ? Comment ça les deux ? Il va falloir que l’intéressé s’explique. Interview matinale avec un grand amateur de fromage.

Alors, Franck, c’était mieux avant ou pas ?

J’aimais bien le côté provençal, avant les travaux, j’avoue. L’aspect ouvert ça donnait une visibilité aux gens depuis l’extérieur, ça plaisait aux touristes. Cette porte, ça rajoute une étape avant de rentrer, et le fait que ce soit fermé change la démarche. Une fois dedans c’est super, amis il faut faire la démarche d’entrer.

Mais fermé, c’est mieux, pour venir toute l’année, non ?

Oui, mais le marché c’est convivial, criard, là ça ressemble à un commerce. Même si on trouve même chose que dans un marché, et qu’on y trouve d’ailleurs de bons produits. Je n’en prends pas pour le restaurant parce que je passe par des filières précises, mais personnellement je consomme. Je suis ami avec le fromager qui est un type extraordinaire ! Maintenant il y a quelques jeunes qui insufflent une dynamique, certains étals ont été modifiés, ça bouge. D’autant plus qu’il reste aussi pas mal d’anciens, et ça permet de garder la clientèle historique, ça c’est bien.

C’est une plus-value pour ce quartier qui autrefois, dormait pas mal ?

Ce marché a joué dans mon choix de m’installer ici. Il y a besoin d’une dynamique, il faut trouver des idées pour ramener les gens en centre-ville. Et je pense d’ailleurs qu’un second marché à 500 mètres, ça fera venir encore plus de gens, je le vois plutôt d’un bon oeil. Mais je pense quand même que le problème du stationnement subsiste. Ce quartier des templiers tend à se réveiller, et c’est plutôt une bonne nouvelle, pour nus, mais aussi pour la ville tout court !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire