8 ans après leur premier album, « The Age of the Understatement », le duo de The Last Shadow Puppets revient avec un nouveau projet. Intitulé « Everything you’ve come to expect » , le deuxieme long format des britanniques ne me laisse pas indifférent. Critique. 

shadow art

The Last Shadow Puppets est un groupe britannique composé de deux musiciens emblématiques de la scène alternative. Le premier est Miles Kane, leader du groupe The Rascals, et le second n’est ni plus ni moins que le charismatique (et un peu mégalo) Alex Turner, des Arctic Monkeys. En 2008, ils se rassemblent pour sortir « The Age of the Understatement ». Un album indie pop très mélodieux, orchestré par deux musiciens mèches sur les yeux et clarks au pied. Une espèce d’hommage à la britpop et à la poésie britannique. Un album intense et mélancolique. Les années passent, les choses changent.

Alors qu’Alex Turner et ses copains tournent artistiquement sur des sons plus bruts et sombres, épaulés par le grand Josh Homme, Miles Kane, quant à lui, renoue avec cette pop « Paul McCartney » et continue sur la lancée. Il était donc risqué pour eux de se réunir, puisque leurs univers ne collent plus. Pari osé donc pour les deux trentenaires qui s’affichent sous de nouvelles couleurs.

En s’enfermant dans les studios du géant américain Rick Rubin, Alex et Miles enregistreront leur deuxième album « Everything You’ve Come to Expect ». Cheveux gominés, dégaines de protagonistes dignes des films de Scorcese, et pochette d’album affichant une Tina Turner en transe (Aucun lien de parenté avec Alex Turner), le style a changé. La musique est légèrement plus rythmée, à l’instar du single « Bad Habits ». On expérimente des sons encore « inédit » chez les deux membres du groupe. Mélangant pop baroque, et rock alternatif, passant par des envolés au violon. En bref, un album, peut-être un peu répétitif, mais qui montre l’étendue du talent de Turner et de Kane.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire