« Y a de quoi se la prendre et se la mordre », disait Jack Slater dans Last Action Hero. Et bien il ne croyait pas si bien dire. Vous avez déjà fait un tour sur le compte Youtube de Vice ? Si c’est le cas, vous n’êtes plus les mêmes qu’avant. Vous avez perdu des points de vie, une part d’innocence, et vous avez intégré une donnée nouvelle, essentielle à votre développement personnel : maintenant, plus rien ne vous étonne, et ça vous manque. Vice, c’est ce magazine créé au Canada en 1994 par trois jeunes gens, financé par l’état dans le cadre d’un programme de réinsertion pour les jeunes drogués. En France, on le trouve depuis une dizaine d’années, et dedans, c’est un foutoir organisé, plein d’images chocs, de culture urbaine, de reportages complètement dingues sur les gens et les choses les plus singulières de notre monde. Et c’est tout bonnement génial, tout autant qu’inquiétant. Tout ça pour vous parler de qui, déjà…ah oui, de Micha, un Berlinois de 45 ans à qui Vice Allemagne a dédié un reportage. Un type qui s’imaginait avoir un tout petit pénis, et qui a tout tenté pour le faire grossir. Et d’un coup, ça vous intéresse, et bien ça tombe bien, on va y aller à fond. Donc Micha et son membre ont d’abord voulu tester les produits à effet « temporaire », et ont misé en premier sur les pompes de dilatation. Effet qui va bien, mais la descente est trop triste pour le bonhomme, qui désire ensuite faire grossir son scrotum. Alors il passe voir une infirmière spécialisée aussi dans les transformations extrêmes, et se fait injecter de la solution saline, pour 48 heures de handball dans son caleçon. Mais 48 heures, c’est pas assez non plus, il veut un énorme engin en permanence, un truc qui se trimbale en poche avant, en bandoulière, et pour ça il ira jusqu’au bout. C’est donc avec entrain et assurance qu’il désire passer à l’étape supérieure, les injections de silicone. Et s’il atteint « modestement » les 23 centimètres de long que auxquels certains d’entre nous peuvent prétendre, il arbore aujourd’hui une (et je vous prie par avance d’excuser cette métaphore gastronomique de mauvais goût) mortadelle de 9cm de large. Pas de circonférence, de large. Bref, n’importe quoi. Et pour aller célébrer sa différence, il se trimbale en plein milieu du festival gay de Berlin, le sexe emballé dans une coque en cuir. Voilà. Puisque cette rubrique s’appelle « chronique d’un monde malade », il est bon, de temps en temps, de se souvenir que dans certains coins de la planète, il y a des gens qui font cuire de la codéine et de l’essence dans une poêle pour se l’injecter dans la cuisse jusqu’à ce que leur peau se décolle (Russie, Krokodil, parce que l’héroïne c’est trop cher), que sous les ponts de Miami on dévore le visage des SDF (à cause d’une drogue qui peut rendre cannibale, le « sel de bain »), qu’on peut se masturber frénétiquement devant un incendie (si Ottis Toole était toujours parmi nous, il nous expliquerait), ou qu’une micro-tarte de Joey Starr, c’est une affaire d’état. Taré, le monde ? Je sais pas, mais les gens, ils sont graves, parfois.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire