La méditation, on n’en parle plus assez. Pourtant, ça fait du bien de se retrouver en tête-à-tête avec soi-même, de temps en temps. Alain nous vend des bols tibétains, des bols en cristal, des gongs, et propose des formations. Voilà, de quoi se poser tranquillement, avec un outil qui est plus complexe qu’il n’y paraît. Vous ne savez pas à quoi servent les bols tibétains ? Pas de panique, on vous explique !

Qu’est-ce que vous vendez ?

Je vends pas, je partage ! Mon savoir avec les gens, c’est beaucoup plus intéressant. Vendre, c’est échanger quelque chose contre de l’argent, ça ne me plaît pas trop. Moi j’échange, je propose des enseignements gracieux, pour aller plus profondément dans l’utilisation d’un bol de cristal, par exemple.

Vous avez ici des bols de cristal, des gongs, des bols tibétains. A quoi servent ces choses ?

Le bol tibétain, c’est pour appréhender la maîtrise de la personne. Ça existe depuis des milliers d’années. Aujourd’hui c’est l’ère du cristal, il faut aller vers autre chose. Mais bon…le bol tibétain offre une multitude de notes et on peut travailler sur différents chakras. Je ne suis pas vendeur de bols, c’est trop réducteur.

Vous voyagez là-bas ?

Je vais au Népal, je travaille avec des artisans d’origine tibétaine, ils fabriquent des bols depuis 3 générations, à une certaine période de l’année, c’est très complexe. Ça sert à méditer, à se maîtriser, pour obtenir une sonorité avec un bol, il faut être concentré (il fait une démonstration en même temps). C’est un alliage de 7 métaux, or, argent, plomb, fer, cuivre, étain et mercure. J’évite de boire l’eau qui est dedans, par exemple. Le cristal, je peux, il amplifie, dynamise.

D’où il vient, le bol de cristal ?

Ca date des années 40, invention de Saint-Gobain. Les années 70 et les USA ont montré qu’il y avait des sons qui en sortaient, et on peut travailler avec. On peut travailler sur les chakras, on peut dynamiser l’eau. Je m’intéresse à tous ces sujets-là depuis une dizaine d’années. Les gens sont de plus en plus ouverts à tout ça, le contexte actuel pousse les gens à s’ouvrir à d’autres choses, à d’autres cultures. Ils veulent ce voyage intérieur, se retrouver eux-mêmes. Il faut ouvrir la boîte de Pandore et travailler sur soi, ce n’est que du bonheur.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire