Le public, les artistes et les tauliers ont réussi à sauver le festival du Mas des Escaravatiers. Un crowdfunding, une belle programmation, les gens qui se déplacent en masse, et le tour était joué. Facile à dire en 2016 ! Sébastien Costamagna n’est pas dans le même état d’esprit que lorsque nous l’avons interrogé il y a 1 an. Aujourd’hui, c’est un organisateur un peu débordé, un peu à la bourre, mais en gestion, qui répond à nos questions avant une saison qui s’annonce déjà superbe. Toujours le même style d’artistes, toujours la même gamme de prix, toujours le même bel endroit, dans un lieu qui ne craint pas l’euro de football. Parce qu’il passera à côté, c’est aussi ça, connaître son métier !

Sébastien, l’an dernier quand on t’a vu, tu venais de lancer une opération de crowdfunding pour sauver la saison du Mas. Cette année, pas besoin ?

C’est pas ça, mais s’il fallait se baser sur la participation personnelle de notre public… Il y a eu une période difficile, avec 218 festivals qui sont morts entre 2014 et 2015. On a étudié tous les potentiels pour s’en sortir, on n’est pas les seuls à avoir fait un crowdfunding. On a remonté la pente grâce à ça, fait une balle saison 2015. Pour moi, pas de raison de procéder encore comme ça. Les leviers c’était le soutien de la CCI, de la Cavem, diminution de la masse salariale pour rendre le truc plausible. On a rattrapé le trou 2014, et on repart à zéro.

Donc l’organisation reste la même cette année ?

O change un peu en ouvrant aussi la première semaine d’août, et en faisant très peu de choses en juin car nous avons le plus gros des concurrents : l’euro 2016. Il y a plein de mauvaises cases, même en face de matchs pas très importants on l’a déjà fait c’est trop dangereux ! Donc sur les 15 dates à caler cet été, en juin il n’y en aura que 3 ou 4.

Un écran géant pour le foot ?

Match d’ouverture, oui, pour la fnale aussi, on va voir entre les deux. C’est notre nouveauté 2016, mais on est exactement sur le même format, ni plus ni moins. On est dans une formule qui est en adéquation avec le potentiel du public. Des concerts à 35 euros, sans que ce soit cher, tu le fais pas à deux deux fois par semaine, surtout si tu fais garder ton enfant, etc. C’est la conjoncture.

Qui y aura-t-il sur scène?

Skip the Use, Jain, Jeanne Added, Feu ! Chatterton, Yuri Buenaventura,  Naïve New Beaters et Lou Douillon, voilà pour les sept qui sont déjà confirmés. On est dans les clous, ça cartonne bien, on vend deux fois plus que l’an dernier pour l’instant. Et le phénomène Jain, c’est super, dans deux semaines ce sera déjà complet. Alors qu’on n’a pas trop communiqué pour l’instant. Mais ça tourne bien sur les réseaux sociaux. Quand on a commencé la saison, on avait déjà 18 000 likes sur Facebook. Et le crowdfunding a créé une famille, les gens se sont impliqués, investis, et ils se sentent concernés. Donc ils ont partagé comme des fous, et les ventes ont suivi.

C’est un coup du hasard, Jain ?

Ah non, je suis dessus depuis octobre ! Le seuls coup de hasard c’est Skip the Use, j’ai contacté la prod, normalement c’est beaucoup plus cher, on m’a expliqué qu’ils avaient envie de faire deux ou trois dates pour rôder les nouvelles chansons de l’album avant de partir en vacances chez des potes en Suisse, en Corse, mais qu’ils ne voulaient jouer que dans des endroits sympas. « On leur a proposé chez toi », ok, alors j’ai proposé un budget, ils ont accepté !

Tu te débrouilles toujours pour satelliser des artistes qui seraient normalement plus chers !

Il faut jongler entre la logique économique du tourneur et la mienne. Nos chouchous deviennent parfois très gros,, et quand tu te retrouves tête d’affiche aux Vielles Charrues, les deals ne snt plus les mêmes, comme avec Lilly Wood, qui voyage à deux bus alors qu’avant c’était quatre personnes. C’est comme ça que tu finis par jouer ici un mardi soir, mais c’est complet quand même. Et c’est pour ça que certaines dates arrivent un peu tard, une fois que les grosses dates sont bookées, quand il y a un trou je me manifeste et j’arrive parfois à caler de belles choses.

Tu es souvent le dernier à donner ta programmation, mais cette année on dirait que tout le monde a pris un peu de retard.

Personne n’a bossé pendant un mois suite aux attentats. Je me vois mal appeler quelqu’un, sans savoir si cette personne connaît quelqu’un au Bataclan. J’ai attendu qu’on m’appelle, d’abord. J’ai reçu un peu de coups de fils en décembre, et après c’était les vacances. Et puis l’euro complique le travail de tout le monde. J’ai regardé dans les plannings, en terme de booking on a dix jours de retard. Mais si je passe l’après-midi au téléphone ça peut être plié, je ne sais pas. J’ai un Iphone 5s depuis hier, je suis dans l’émotion (rires) !

Et les concurrents, on en parle ?

Johnny je n’ai pas de date en face, et pour tout ce qui se fait dans la Cavem, je n’ai pas d’info particulière.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire