Françoise Cauwel, à Fréjus, tout le monde la connaît. Adjointe à la culture de l’équipe Brun, elle fait aujourd’hui partie de l’opposition. Faire de la politique n’empêche pas de travailler dans le civil, et c’est aujourd’hui à la patronne de La Fanfare que nous avons affaire. Comme on ne se refait pas, elle reste dans un monde qu’elle aime et dans lequel elle a tout donné pendant des années : la culture. C’est en entremetteuse patronat-monde de l’art que nous l’avons croisée dans une expo pas comme les autres, dans un hangar de menuiserie aluminium. Elle vous expliquera ça mieux que nous. Ça s’appelle Art’Alu, et ça se passe à la Grande Menuiserie Aluminium au Capitou.

Françoise, explique-nous ce qu’est la Fanfare

C’est une entreprise que fait de la médiation culturelle et artistique, et du mécénat d’entreprise. C’est un peu dans l’esprit de ce que j’avais fait à Fréjus en créant Base’Art. C’est une passerelle entre le monde artistique et le monde économique, on se rend vite compte que ces mondes se rencontrent assez difficilement alors qu’ils ont beaucoup de choses à partager. Ce soir c’est un exemple, des gens qui ont envie d’apporter des plus-values à leur boîte, et des artistes qui soi-disant ne travaillent pas « pour de vrai ». Alors que c’est faux, ce sont ds gens qui bossent aussi, qui ne glandent pas toute la journée !

Et pourquoi « La Fanfare »?

Parce que c’est un symbole, un moment de communion entre toutes les catégories, toutes les classes sociales, on est ensemble. C’est la gaieté, le dynamisme et l’entrain, et ça colle avec ma personnalité, je crois !

Justement, les artistes ont besoin de ce genre de passerelles.

Vraiment, et ils sont très partants. C’est toujours une connivence, une rencontre, Faire Connaissance c’est très beau, j’adore ça. J’aime qu’on me dise « grâce à toi j’ai rencontré « machin », j’ai l’impression d’aider vraiment les gens, c’est philanthorpique plus que par intérêt. Bien sûr il faut que les gens viennent. J’ai la chance d’avoir un réseau, depuis que j’ai été adjointe à la culture, à la fois avec le monde artyistique et le monde de l’entreprise, c’est une chance. J’ai gardé ce « label » d’adjointe à la culture qui a beaucoup agi pour le territoire. C’est le sens de ma vie, tout ça. Ce soir c’est Art Alu, avec Paul qui m’a laissé carte blanche en me demandant si je pouvais donner un boost à son activité en faisant venir des artistes dans ses locaux, et ça se passe bien. Paul fait les choses en grand, de la comm, des kakemonos, de belles affiches, il avait envie qu’on parle de la menuiserie aluminium différemment. Des expos, c’est pas trop l’image de l’entreprise ! Pour autant, c’est haut sous plafond, 800 m² de surface, tu peux accueillir du monde, non ?

Aujourd’hui, est-ce que tu proposes encore des projets en mairie ?

J’avoue que ce n’est pas évident, mais on a bien évidemment invité le maire. Il faut que je porte une autre casquette, c’est pas évident, mais je fais appel à l’intelligence de tous. C’est juste une femme qui essaie de développer une action culturelle, dans un territoire qu’elle aime bien. Les artistes que j’invite je m’en fous de savoir pour qui ils votent, c’est juste de l’action culturelle, à fond les ballons.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire