En allant voir son nouveau film, je me suis demandé : « Mais quand est ce que cela va cesser ? ». En effet, un peu plus de 3 ans après « The Dictator » où il imitait un tyran complètement fou, Sacha Baron Cohen revient cette année avec un nouveau personnage, Grimsby. A mi chemin entre le Blockbuster et la satire. 

306648

On connait Sacha Baron Cohen sous de multiples personnages. En effet, Sacha adore se grimait. Au début, il interprète Ali G, un espèce de rappeur Gangsta qui devient membre du parlement du Royaume-Uni en arborant un gimmick proche de K-Maro (Femme like U, on se souvient tous). Puis, en 2006, il donnera naissance à Borat, un journaliste moustachu Kazakh qui part à la découverte des US où il tentera – en vain – d’épouser Pamela Anderson. 2009 il apparaît sous les traits Bruno, un fashionista gay autrichien et enfin en 2013, il s’empare d’une fausse barbe que l’on peut trouver à l’île aux Cotillons pour se grimer en dictateur fou, Hafez Aladeen. En bref, Sacha Baron Cohen a de nombreux alter-égo. Pour son nouveau film, il aborde un gimmick nommé Norman « Nobby » Grimsby. Maillot Anglais , pantacourt en jean, combo claquettes / chaussettes, rouflaquettes et coupe à la Gallagher, voilà comment se présente le nouveau personnage inspiré à Cohen. Nobby est marié et vit dans le quartier pauvre de Grimsby avec sa femme et ses 9 gosses. Ne vivant que des allocations, il passe son temps dans les pubs à regarder des matchs de foot. L’univers sent la crasse, Oasis et la Guiness. Mais ce Nobby recherche depuis des années son frère, Sebastian, qu’il a perdu de vue très jeune. Celui-ci est devenu un agent secret, une sorte de Vin Diesel interprété par Mark Strong. Mais un événement conduit les deux frères à se retrouver, pour le meilleur comme pour le pire. L’histoire est simple, et le film l’est tout autant. Il en devient même très lourd. L’humour controversé et très « sale » de Cohen prend le dessus. On est confronté a tout plein de choses presque gênantes comme : de la fellation entre hommes, de la zoophilie, des pets, du crachat, du sexe…

Enfin bref, du Sacha Baron Cohen finalement. Cela met mal à l’aise, bien que certaines blagues sont plus fines et plus drôles. Si vous êtes un adepte de l’univers de Sacha Baron Cohen et de son humour vache, il est dans la lignée des anciens films. Pour les autres, l’expérience sera très spéciale. A voir, sans doute. Mais pas impérativement.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire