Avec une idée de génie, un engouement inespéré et un investissement sans faille de 100 % des intervenants, on fait souvent de grandes choses. C’est exactement ce qui s’est passé au Forum, à Fréjus, en ce mardi 21 juin. Parce que la fête de la musique, les groupes qui jouent, les plateaux réservés aux associations, tout ça c’est rigolo, mais c’est devenu une habitude depuis 35 ans (et encore, c’était mieux avant). Mais ouvrir un grand théâtre à vocation multi-culturelle, pendant sa saison de fermeture, pour donner libre accès à 800 enfants issus des écoles de la ville venus découvrir des instruments de musique, ça, c’est nouveau. Et c’est peut-être exactement ça, la fête de la musique.

L’explication de texte

Derrière cette idée au départ saugrenue, une femme, Pascale Jaquet. Son job, c’est coordinatrice en formation au théâtre le Forum : « une de mes missions c’était de faire quelque chose pour la fête de la musique. L’histoire, c’est que ça a pris une ampleur démesurée. En fait j’ai demandé aux deux écoles de musique du territoire de nous préparer quelque chose, et le conservatoire de Saint-Raphaël avec le concours de l’école Jacques Melzer de Fréjus s’y sont mis pour de bon. On pensait qu’on aurait 6 classes pour 6 ateliers, mais la proposition a attiré 28 classes en 48 heures ! » Voilà comment une bonne idée, pourtant simple (mettre des instruments de musique à disposition de jeunes enfants en présence de musiciens formateurs) a fait boule de neige. « On aura 800 enfants sur toute la journée », explique Pascale, « ils adorent ça, ils découvrent vraiment les instruments, les percussions, le chant, les cuivres, les bois, même les instruments traditionnels de Provence ».

Il y en a partout, dans les coursives, sur le parvis, dans le hall, dans les étages, et même dans la Salle Gounod où il y a des groupes qui répètent, avec des musiciens et des techniciens qui reçoivent les classes pour expliquer aux enfants comment se passent les préparatifs d’un concert. Et concert il y aura, puisque le rideau s’est levé à 17h30 pour un show live venu clôturer cette belle journée. « Tous les profs étaient partants tout de suite pour venir au théâtre. La rivalité entre les deux écoles est surfaite, ils ont eu envie de travailler ensemble tout de suite. Ce soir les quatre groupes qui répètent jouent, plus d’autres formations classiques, l’idée c’est de restituer le travail de la journée et de proposer ça gratuitement, à tous les publics ».

La batterie, trop facile !

Philippe Carenco joue de la batterie. Beaucoup trop bien pour rester dans l’ombre, même s’il n’aime pas trop qu’on parle de lui. Quoi qu’il en soit, il est aussi connu pour être un musicien génial que pour être l’un des enseignants du conservatoire de Saint-Raphaël. Il était là, au Forum, confronté à un public inhabituel pour lui, les très jeunes enfants. Mais la batterie n’est-il pas l’instrument le plus ludique ? « Je me suis retrouvé ici dans cette aventure pour faire découvrir les percussions, avec mes collègues de Saint-Raphaël mais aussi avec Marc Andreis de Fréjus. Tout le monde se connaît dans le milieu, c’est un petit microcosme ! La batterie, c’est facile d’amener les enfants à s’y intéresser. Ils ont de suite une paire de baguettes en mains, un fût sur lequel jouer, même les petits de maternelle. C’est immédiat, comme contact. Pour moi ce n’est pas courant d’avoir des enfants aussi petits, mes collègues ont plus l’habitude. Moi j’ai plutôt des jeunes du collège, mais on s’en sort pas trop mal ! »

Et si vous voulez vous faire une idée de ce que joue Mr Philippe Carenco, nous vous invitons à consulter Internet et le sacro-saint YouTube, où il apparaît dans des concerts avec Frédéric Kirschten au piano (qui peut à la fois vous les vendre à Rhapsody, mais qui peut surtout vous expliquer comment on s’en sert !) et Karim Belkhodja à la basse. C’est du très très lourd !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire