L’immigration italienne dans notre pays ne date pas d’hier. Figurez-vous que les Italiens ont toujours voyagé, et ont toujours eu cette incroyable faculté d’intégration partout où ils sont passés. D’ailleurs, leurs descendants sont toujours présents dans les territoires qui ont accueilli les pionniers, et même si certaines phases d’adaptation ont parfois été difficiles, la présence italienne dans nos contrées est aujourd’hui une évidence, et rien d’autre. Luigi Resetta a beaucoup étudié la question pour donner des conférences sur le sujet, nous avons profité de notre rencontre pour le cuisiner sur la question.

Luigi, cette immigration italienne date de quand ?

Tout a vraiment commencé avec la Renaissance. En Italie, quand on avait un métier, il était très difficile de sortir de ce « corset structurel », les corporations étaient très fortes. La Renaissance a ouvert tout ça, et les Italiens ont pu émigrer ailleurs pour exercer leurs compétences à l’étranger. C’était une émigration de gens compétents, et tout est parti de la Toscane. C’était d’abord vers la SQavoie proche, mais aussi vers la région Paca. Sauf que la région Paca était extrêmement pauvre, ici il n’y avait rien, on allait vers Arles ou Marseille, vers Avignon, mais personne ne restait là, en tous cas pas les gens qualifiés. L’arrivée des chemins de fer a ensuite commencé à irriguer la région Paca, économiquement, avec Nice et Monte-Carlo en premier lieu.

Et les ouvriers ?

Des gens qui venaient du centre-nord au départ. Pis la révolution industrielle a lancé l’émigration des gens du sud. Il fallait partir en Argentine ou aux Etats-Unis, parce que là-bas on était sûr de ne pas mourir de faim ! Certains sont aussi venus ici, mais ils ont rencontré dans un premier temps de grosses difficultés. On leur a reproché de prendre le travail des Français, dans une région très forte. Il y a d’ailleurs une histoire fameuse, avec plus de cent morts italiens, agressés par des ouvriers Français (le massacre d’Aigues-Mortes en 1893, un énorme scandale judiciaire à l’époque puisqu’il n’y a jamais eu aucune condamnation de prononcée, ndlr).

La guerre a dû jouer un grand rôle, également.

Les hommes qui étaient en région Paca étaient des paysans, de la chair à canon pour l’armée. Quand ils sont morts à la guerre, il y avait de la place ici, et c’est comme ça qu’une seconde vague d’immigration, des Italiens du sud, a eu lieu. Parce qu’à ce moment-là, au nord de l’Italie, le niveau de vie était bien supérieur à ce qu’on trouvait ici. La plupart des Italiens de la région, sont issus de cette immigration, entre 1870 et 1930.

Comment ça s’est passé, quand il a fallu choisir un camp en 1939 ?

Beaucoup se sont engagés pour la France, et beaucoup en ont aussi « profité » pour ne rien faire. C’est un raisonnement très italien, mais comment leur reprocher ? Moi-même j’ai échappé au service militaire dans les années 50 en jonglant avec les passeports. La plupart ont surtout cherché une solution pour sauver leur vie.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire