On ne l’a même pas fait exprès. Pour tout vous dire, on ne l’a surtout pas fait exprès, en définitive. D’ailleurs on n’y croyait pas vraiment, au début de l’aventure, qu’on arriverait à 1000 articles. Et pourtant ça y est, cet édito est bel et bien le millième article paru dans Bah Alors ?, tous supports confondus, Magazine mensuel ou hebdomadaire, plus les quelques-uns qui n’ont eu qu’une vie numérique. En fait c’est surtout moi qui n’aurais jamais cru arriver à ce stade clé. Parce que je suis d’une nature assez pessimiste, si vous saviez à quel point ! Je suis typiquement le genre de mec qui croit que ses colis vont arriver en retard, qu’il va pleuvoir les soirs de concert, qu’il y aura une panne de courant les soirs de finale, ou que la viande qui trône dans le frigo avec une date de péremption qui correspond au jour même va lui filer une maladie du moyen-âge. Alors quand on a monté ce bel engin médiatique avec Ibra, j’ai tout de suite pensé « ok, on va faire un mensuel, une fois, dépenser tout le pognon qu’on a, et après on ira pointer à Pôle Emploi, comme avant ». On a publié, on a pointé, mais on a re-publié, et ça, rien que ça, c’était fou. Je ne le remercierai jamais assez d’avoir été l’un des seuls à penser que ce que je pouvais abattre comme boulot valait quelque chose, et j’espère, mon ami, t’avoir rendu la pareille en plaçant entre tes mains de caméléon social absolu toute la confiance dont je suis capable. J’en profite pour remercier tous ceux qui ont apporté leur contribution positive à ce vaisseau amiral de la presse cool, qui étaient là dès le départ ou qui nous ont mis des coups de pied aux fesses après, pour nous pousser, ou pour travailler avec nous, nos partenaires, nos soutiens, nos mairies, toutes sans exception, peu importe le bord, qui nous ont ouvert la porte très rapidement. Je veux remercier aussi toutes celles et ceux qui ont écrit dans ce magazine et ce journal, en espérant qu’ils sont tous fiers d’avoir participé à cette belle aventure, je pense à Audrey la pionnière, mais aussi à tous nos fantastiques stagiaires, Djamel (1er), Aurélie, Alexandre, Quentin, notre irremplaçable Thierry « des ballons et des livres et des films et des disques et des bikinis » Saunier, et notre nouvelle venue, M’oiselle Jeanne. Parce que vous avez fait pour nous ce qu’on a pas toujours fait pour nous, parce qu’on a cru pour vous ce que vous n’avez pas toujours cru faire pour nous, et parce que nos phrases incompréhensibles sont parfois dignes d’un spectacle de Chevallier et Laspallès, Big Up bros and sistas.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire