20h, on arrive au Mas et on retrouve toute l’équipe et les habitués de la maison la plus cool du Puget. On boit des verres, on se détend, on discute avec de bonnes connaissances, des amis à base de « alors quoi de neuf depuis un an? », parce que oui, le Mas des Escaravatiers c’est un peu ça : le rendez-vous des amateurs de musique, ce qui ne sortent pas forcément toute l’année dans les « places to be ». Une terre de festivaliers chez nous. Ce soir c’est Naïve New Beaters, le trio de jeunes gens de 77 ans qui ne savent pas définir leur musique (dixit eux même!). Est-ce que les gens en savent plus? Oui apparemment. Beaucoup les attendent avec impatience. Il est maintenant 21h45 et le concert démarre.

De la pluie, des abris de fortune, et des chaloupés.

Premier morceau et première goutte de pluie. Fallait s’y attendre apparemment, pourtant on était quelques-uns en short/Tee-shirt à se les peler. A la fin du premier morceau, David Boring, chanteur de la formation s’amuse avec le public pendant que toute l’équipe s’affaire à protéger le matos. Et pour l’impro, David assure : il réussit – magie du Mas aussi – à créer un lien spécial avec le public. Cette proximité donne toujours aux groupes l’occasion de s’amuser avec le premier rang et les autres. Mini One-man show à base de cours de mouvements chaloupés, de solidarité sous la flotte, le public est ok pour attendre un bon quart d’heure avant que le concert redémarre. Pendant ce temps, bien planqué sous des parasols, tout le monde se marre et attend. La fête est loin d’être finie.

Un set d’ambianceur, et la fin de soirée…

Retour sur scène, le trio accompagné de jolies nanas à la basse et à la batterie, assure le show. « Heal Tomorrow », « Montecristo » et « Love Hurts » du nouvel album sorti le 22 juillet mais des retours sur les excellents « Shit Happens » et « Get Love ». NNBS est un savant mélange entre pop, rock, hip hop, et musique entertainment. Le groupe qu’il faut avoir à tous les festivals parce qu’à coup sûr ça matche. Un concert plus que réussi jusqu’au rappel. Non pas que le groupe n’ait pas assuré. A Puget, au Mas, on était bien 900 personnes, toutes le sourire aux lèvres, malgré la pluie, et le petit coup de froid qui a suivi. Les employés étaient au top, le rosé était frais, le son était plus que bon, on passait un 14 juillet plus que génial. Mais, quand par réflexe, le premier spectateur a regardé son téléphone, c’est devenu viral, on venait tous d’apprendre que des gens, le sourire aux lèvres eux aussi, sous une belle nuit niçoise venaient de vivre une tragédie. On aurait pu y être. on aurait pu y rester, comme tous ces gens qui n’ont rien demandé. Alors, nous, on est rentré tranquillement chez nous, et on a vécu tous ensemble la prolongation de ce 14 juillet dont on se rappellera pour toujours. Je n’ai pas beaucoup de mots pour finir cet article, mais une chose est sûre : on continuera à aller au Mas ou à Nice ou n’importe où il y aura de la musique, des gens, du bruit, de l’alcool, la fête et le reste, parce que c’est notre truc, et on continuera à applaudir des deux mains tous les groupes et les organisateurs de soirées qu’on croisera parce qu’on aime ça.


Et sinon, ils racontent quoi ?

« Naïve new Beaters c’est de la Pop dans ta tronche. On s’était arrêtés sur Disco-Grunge mais Pop dans ta tronche c’est mieux ». Voilà un peu le discours des furieux de NNBS, qui ont déjà défoncé le studio de France Inter avec Nagui et Guy Carlier. « C’est pas la meilleure itv qu’on ait faite, on est là pour éclaircir des points que t’as pas compris. Nagui est hyper cool, il nous avait déjà invités à Taratata. » rois albums en sept ans, un parcours rapide ? « Le premier album a très bien marché, le deuxième a moins bien fonctionné. On l’a fait fatigués, en rentrant de tournée, on a bossé un peu vite, avec de l’aide extérieure. Le premier il était fait entre potes, le deuxième il a fallu se réinventer mais pas trop. Alors le troisième on l’a fait tous seuls, même si on avait plus vraiment de label, c’était pas une raison pour ne plus faire de musique. On a fait une mixtape dans notre coin, la « guestlist », on est repartis à zéro. On a même créé une bière. »

Beaucoup de live

« Pour l’instant on tourne, ça va durer jusqu’à fin décembre. » Gros calendrier pour Naive New Beaters, surtout que David Boring est aussi acteur, et qu’il sera à l’affiche de trois films en 2016 (sous le pseudonyme d’Esteban) : « nous le reste du temps on bosse pour lui, quand y a pas de gonzesses », avouent les autres. De curieux oiseaux !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire