Laissons derrière nous l’émotion de cet atroce 14 juillet, ça nous fera du bien. C’est pas parce qu’on arrête un peu d’y penser qu’on oublie. Mais l’été n’est pas fini, et si l’ambiance a rarement été aussi maussade dans notre belle région, notre rôle à nous, citoyens, c’est de continuer à vivre le plus normalement possible. Et ça passe par un léger déni, hélas. Faire comme s’il ne s’était rien passé à Nice, le 14 juillet, pour tenter tant bien que mal d’avancer. Alors évidemment, c’est pas en chassant des Pokemons que ça ira mieux, quoi que. C’est plutôt en sortant pour se divertir, et pour découvrir des choses qui donnent à notre monde des raisons de l’aimer. Donc cette semaine, on tente un pari : un numéro léger, qui ne parle que de choses sympas, et qui met le nez dans les coulisses des bals de l’été. Et vous allez vite comprendre que ça ne s’improvise pas, quatre heures de Dave, de Cloclo, de musette et de disco sur les scènes municipales de nos jolis villages paumés de l’arrière-pays ! Du remplissage du camion au démontage à 3h37 du matin, cette semaine vous allez vivre comme un intermittent du spectacle dévoué corps et âme à la cause de la variété, de l’amusement populaire et du plateau bien rangé. On a pour cela tout mis en oeuvre pour vous faire vivre ça de l’intérieur, en suivant un groupe de bal dans trois villages qui ont choisi de passer une soirée en musique avec de la merguez, des moules-frites et des cubis de rosé. On est même allés jusqu’à Régusse, et rien que de regarder où c’est sur une carte, ça fait mal à la tête. Mais c’est fait, et c’est dans les pages qui suivent !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire