Et oui ! C’est vrai qu’à force de voir des gens d’ici avec des tatouages de là-bas, on se demande bien comment la culture polynésienne, si particulière, a pu à ce point franchir l’océan pacifique à travers l’art du tatouage. Il s’avère qu’en fait, c’est plus simple que ça : c’est joli, alors les filles aiment bien, les mecs trouvent ça sympa, et on n’en parle pas plus que ça. Sauf que c’est beaucoup plus complexe que ça, et il a fallu que ce soit un vrai Polynésien, qui vit et tatoue au Luc, qui nous explique tout. Temauri, c’est son prénom, et lors des Journées Polynésiennes de Fréjus,n au milieu des paréos et des motifs bariolés, de la musique idéale pour danser l’Ori Tahiti et des huiles essentielles, il pique, et nous explique.

Tu es spécialisé dans le tatouage issu des Îles Marquises. Mais finalement, le Polynésien, c’est quoi ?

Un ensemble de plusieurs styles de tatouage. Il y a du Samoan, du Maori, du Tahitien, du Néo-Zélandais, c’est l’addition de tout ça.

Tu tatoues des gens qui ont les mêmes origines que toi ou plutôt des métropolitains ?

Beaucoup de Français, et quelques tahitiens qui viennent aussi me voir, mais c’est pas l’essentiel. La tatouage polynésien c’est unique, toujours à main levée. On demande à une personne ses traits de caractère, ses histoires passées, on représente avec des motifs toutes ces choses-là. La famille, les enfants, le mariage, on représente tout, c’est toujours des pièces uniques. C’est un art qui existe depuis le 18e siècle, nos ancêtres étaient tatoués de la tête aux pieds, ça marquait leur place sociale. C’est très vaste, le polynésien, on ne copie colle jamais.

C’est une communauté forte, ici ?

On se connaît tous sans même s’être jamais vus, c’est une grande famille ! On est très famille, c’est dans la culture qu’on essaie de faire partager, on fait venir tout ça en France, on est très discrets en France. On pourrait communiquer un peu plus sur des événements comme aujourd’hui, mais bon. C’est beaucoup de danseurs, de tatoueurs, de sculpteurs, on a tous de l’art dans les mains. Moi mon truc c’est les grosses pièces, des bras ou des jambes complètes, je travaille beaucoup avec des clientes femmes, qui veulent raconter leur histoire, les liens familiaux, tout ça avec beaucoup de finesse, c’est caractéristique du polynésien.

Tu le vois comment, le fait de tatouer beaucoup de gens qui ne sont pas issus de cette culture ?

J’aime ça parce que je la fais découvrir et partager, je donne une part de ma culture, même si je n’ai rien d’autre à donner qu’un tatouage. J’aime l’idée du secret, les gens ne sont pas obligés de donner l’explication, et les tatouages sont impossibles à décoder, sauf pour un polynésien qui connaît les motifs, mais ça c’est difficile !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire