On a l’habitude de voir s’exposer des artistes haut de gamme chez Laurence Barbero, dans la galerie Art Life qui se trouve à Saint-Raphaël (allez jeter un oeil, au moins en curieux, vous ne serz jamais déçus). Vendredi dernier, ces artistes étaient toujours haut de gamme, mais contrairement à d’habitude, ils étaient plus habitués aux extérieurs et aux murs des villes qu’à ceux des galeries d’art, encore que, ils ont quand même tous un sérieux curriculum.

Des petits burgers, du saxophone, et surtout, des œuvres

Ce qui est génial avec les vernissages d’Art Life, c’est qu’il y a toujours un petit truc en plus. Une discipline que les artistes locaux, peu importe les lieux d’exposition, que ce soit rue du Safranié ou au Point K, ont tous appris très vite à maîtriser. On est plus dans un petit événement collectif et sympa que dans une pure grand messe de l’art contemporain. C’est donc au son d’un saxophoniste live et avec des petits échantillons de burgers made in France (par We Love Burgers), excellents, qu’a débuté la visite. Et on n’est pas déçu, même quand on est un peu éloigné des arcanes de l’art contemporain.

Avec des artistes de renommée mondiale comme Zed, Johanne 8, Hersk, Richard Orlinski et Marina pour les sculpteurs, Yves Langlois côté photographie, et les artistes graphiques Jo Di Bona, JonOne, Julien Durix, Julien Morel, JBesset, Seaty, ODN, Maria De Campos et Gérard Escougnou, on avait de quoi en prendre plein les yeux sur les quatre étages de la galerie. Des couleurs, beaucoup, mais aussi des choses minimalistes, du réalisme, le mariage en l’art pur et la rue était presque palpable. Une expo intéressante, comme d’habitude, avec des choses qui ne fleurent jamais mauvais l’escroquerie, et franchement, c’est un défi permanent que relève toujours avec brio la galeriste. Bravo Laurence, encore une fois.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire