Il ne subsistait pas vraiment de doute quant à l’élection par le conseil municipal de Jean-Paul Ollivier en lieu et place de celui dont il a été depuis le début le premier adjoint. Toutefois, et comme c’était prévu par les textes, le conseil municipal de Roquebrune était tenu de se réunir pour procéder à une élection en bonne et due forme, par les 33 élus, sous couvert des bulletins anonymes. On aurait pu s’attendre à plus de colères exprimées, tant le climat politique chaotique de la ville a été porté sur le devant de la scène ces derniers mois. Il y avait évidemment beaucoup de monde dans la mairie d’honneur, malgré l’horaire peu habituel (11h00), et il y avait surtout des administrés des deux camps, les pro-Jousse venus assister à l’avènement de l’enfant du pays qui devait logiquement s’imposer, et les « anti », qui espéraient sûrement un coup de théâtre qui n’aura pas lieu, mais qui en tous cas ont saisi l’opportunité, une fois encore, de manifester leur mécontentement directement auprès des élus concernés, même si Luc Jousse n’était pas présent dans la salle du conseil.

Un peu de droit et une décision attendue

« Conformément à la réglementation, cette réunion a lieu dans les quinze jours qui ont suivi la notification de l’arrêté du préfet, notifié le 22 juillet, et la démission d’office de Luc Jousse« . Jean-Paul Ollivier, en tant que premier adjoint, préside la séance, et précise que l’absence du maire dans la salle du conseil, vise à « ne pas mettre de pression quelconque sur les conseillers municipaux, pour qu’ils puissent décider en toute liberté, et que sa présence ne soit pas mal interprétée. » Une introduction brève, une assemblée complète, et deux candidats naturels : Jean-Paul Ollivier, ainsi que Jean Cayron, le principal opposant de Luc Jousse. Pas de présentation des programmes ou des candidats pour les quatre ans de mandat qui restent, on part du principe que tout le monde sait pour qui et pour quoi on vote, comme le déplore au micro le conseiller d’opposition Sébastien Perrin.

C’est très rapidement que Michèle Letot, doyenne du conseil municipal, lance l’opération du vote à bulletins secrets, qui désigne Jean-Paul Ollivier vainqueur avec 21 voix contre 12. Une victoire attendue qui provoque néanmoins la liesse chez les sympathisants, qui fêtent ce succès presque aussi fortement que lors des élections de 2014, à ceci près qu’il fait jour et qu’il y a beaucoup moins de monde devant la mairie (mais dedans, c’st plein comme un œuf). On sourit d’un côté, on a les traits tirés de l’autre, en regardant le nouveau maire remettre les écharpes à ses adjoints qui sont peu ou prou exactement les mêmes (ils sont eux aussi élus le jour même avec une liste unique, ce sera Nicole Lotito qui endossera le rôle de nouvelle première adjointe). Quelques noms d’oiseau, pas trop violents, fendent l’air depuis la salle publique, mais c’est fait : Jean-Paul Ollivier retrouve son fauteuil, cette fois-ci avec l’écharpe sur l’épaule, et va devoir assurer ses nouvelles fonctions, la première fois depuis plus de 25 ans qu’il s’y prépare, de maire.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire