C’est un peu copié sur le Forum, mais en même temps, Puget s’inscrit aujourd’hui dans la démarche globale d’Aggloscènes, en mettant à disposition son Espace Victor Hugo pour la production de spectacles dédiés à la jeunesse (cette année, deux). Alors quand il s’est agi de trouver un bon moyen de présenter la saison culturelle de la ville, Lucie Rochieri (l’élue) et Vanessa Vegas (la directrice) ont imaginé une super idée : faire comme le Forum, en invitant tout le monde à découvrir une programmation secrète comme les manuscrits de la mer morte (même Jacques Morenon ne savait rien). Comme ça on ouvre la billetterie dans la foulée, et on prouve une fois encore qu’à Puget on ne fait rien comme tout le monde, puisque pour l’occasion, on a même eu droit à un morceau de spectacle en live. Bref, on vous explique tout par le menu.

18 spectacles pour tous les goûts

Le moins que l’on puisse dire c’est que Puget vise large, avec 18 spectacles qui couvrent bien le spectre de tout ce que l’on peut faire dans un Espace Victor Hugo ou, nouveauté, au Rat’s avec qui la municipalité a conclu un partenariat.

On commencera avec du théâtre, et ça c’est ce vendredi avec Irrésistible, la pièce de Fabrice Roger Lacan portée sur scène par les Scènes d’Argens de François Cracosky et Myriam Grélard (présents le soir de la présentation). Viendront ensuite tout un tas de spectacles de tous bords, avec du rock français (les Fatals Picards le 11 mars), de la musique irlandaise bien énervée (Uncle Bard and the Dirty Bastards le 17 mars pour la St-Patrick), mais aussi le retour sur scène après huit siècles d’absence (à peu près) du toujours très apprécié Alain Chamfort, celui du Comte de Bouderbala dont le dernier spectacle fait un carton, et bien évidemment l’éternelle Noëlle Perna qui semble-t-il ne se lasse toujours pas de son personnage de Mado la Niçoise.

Attendus au tournant

Comme au Forum, il y avait des extraits de certains spectacles projetés sur un écran géant, et certains nous ont donné particulièrement envie d’y assister. Encore une fois c’est probablement Clinc! avec ses jongleurs de bulles de savon qui a attiré le plus les bonnes intentions, parce que ça a l’air magique et que ça plaît à toutes les générations (qui ne rêve pas de voir un train électrique traverser des bulles sans les faire exploser, hein ? Qui ?). Ce sera le 27 octobre. Il y a eu aussi beaucoup de rires pour les courts extraits des one-man shows de Warren Zavatta, petit-fils de, qui dézingue le monde du cirque avec force et tendresse (« Va trouver un boulot avec un nom comme le mien »), et Tano, nouvel assassin du cynisme. Grosse tête d’affiche de la saison, Stéphane Guillon sera lui aussi sur la scène de Victor Hugo, et il a déjà commencé à diviser les foules, si on s’en réfère aux réactions « j’aime/j’aime pas » hyper intenses (et pourtant chuchotées en catimini) dans les fauteuils de la salle au moment de l’évocation de sa venue le 24 mars.

Le petit truc en plus, c’était la présence de Michaël Hirsch, l’humoriste dont tout le monde pense q’il sera à terme l’héritier légitime de Raymond Devos, découvert par l’équipe municipale à Avignon et qui est venu jouer un extrait de son spectacle « Pourquoi? », le soir du lancement de la saison. Un beau geste de sa part, et un bon coup de projeteur sur un jeune artiste qui a probablement conquis quelques spectateurs qui viendront le voir le 22 octobre.

Pour tout savoir, culture@mairie-puget-sur-argens.fr, ou sur Facebook, Espace Culturel Victor Hugo.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire