Le Colisée, fameuse boule bleue de Saint-Raphaël que tout le monde, aujourd’hui c’est sûr, déteste, n’a pas fini de nous divertir. Nous avons eu la faiblesse d’accorder deux fois notre confiance aux deux équipes qui se sont succédées à la gestion de ce vaisseau amiral du néant. La première fois, ils ont été grotesques, mauvais payeurs, redressés puis liquidés par la justice. En croyant que le mauvais goût poussé à son paroxysme serait une solution pour gagner plein d’argent. Loupé, on était à la vente aux enchères des fameuses bouteilles Armand de Brignac qui trônaient sur la carte à 70 000 euros, à la « grande époque ».

Puis nous avons appelé Chrystel Camus, celle qui veut reprendre le Colisée pour en faire un cabaret, en utilisant son portefeuille, son réseau, et son nom de famille, le même que celui de Jean-Claude, l’ancien producteur de Johnny, et grand personnage du spectacle en France. Sauf que…

KissKissBankBank

Note importante : nous avons pour rôle d’informer. Donc maintenant, vous saurez qu’il y a un moyen d’aider le Colisée à ouvrir ses portes, en participant au Crowd Funding sur KissKissBankBank (tapez Colisée KissKissBankBank et vous trouverez facilement). Maintenant qu’on a dit ça, et qu’on vous laisse libres de financer ou pas ce projet, on vous dit ce qu’on sait.

On ne le savait pas, mais la curiosité nous a emmenés sur Internet pour voir où en est le projet de reprise du Colisée, censé ouvrir en septembre avec le spectacle Satine, tiré du film Moulin Rouge. En juin, quand nous avions interviewé Chrystel Camus, il était question de casting, de travaux, d’investissements… Aujourd’hui, le délire est poussé à son maximum. La mairie refuse d’accorder le droit d’ouvrir à la productrice, qui veut aller jusqu’au bout et précise avoir dépensé 800 000 sur sa page Facebook. Elle envisage même de réclamer des dommages et intérêts si jamais son cabaret ouvre en retard.

Mais en parallèle, il y a sur KissKissBankBank une invitation à participer financièrement à la ré-ouverture de l’établissement. Parce que vous comprenez, « il en manque un peu » pour boucler le budget, alors on tente de mobiliser ceux qui veulent que ce merveilleux endroit retrouve (non, « trouve », c’est mieux) son lustre passé. Et il manque quand même la bagatelle de 30 000 euros, parce que bon, il faut construire la scène, agencer le comptoir, acheter du son et de la lumière, installer un rideau de scène, acheter un écran géant de 100m², agencer les loges et faire les travaux électriques. Heureusement que le carrelage est déjà posé et qu’il y a du bitume sur le parking, en gros.

« Vous rêvez debout »

Le plus grand génie dans cette affaire, c’est peut-être l’artiste Yves Cass, qui a ponctué la dernière annonce de Chrystel Camus d’un laconique « Vous rêvez debout » qui à la rédaction nous fait encore rire plus d’une semaine après. Sur la plateforme du site de financement participatif, où l’on nous explique que Manoukian fait pareil, il y a pour l’instant zéro euro collecté, mais l’espoir est permis puisqu’il reste encore, à l’heure où l’on vous écrit ça c’est à dire le dimanche 11 septembre à 11h09, 20 jours aux généreux donateur pour se manifester.

Vous connaissez probablement le fonctionnement de ces sites de crowd-funding : plus on donne, plus on est remercié. Là, les palliers vont de 10 euros (et vous aurez votre nom sur une jolie plaque), à 9000 euros, avec des nuits dans un hôtel VIP, le dîner pour deux, le spectacle, le train, des journées de répétition dans la salle, l’enregistrement d’un clip, bref…n’importe quoi, sauf si c’est Beyonce et Jay-Z qui mettent la main à la poche pour jeter la pièce.

Donc en résumé, voilà où on en est : le Colisée est fermé, la future patronne n’a pas le droit d’ouvrir, elle n’a pas non plus assez d’argent pour le faire. Le spectacle de septembre n’aura pas lieu, le financement participatif ne rencontre pas un succès fou, la mairie essaie de parler de tout ça le moins possible, Var Matin se moque, et le seul endroit où l’on peut s’informer des suites de tout ça, c’est la page Facebook de Le Colisée Officiel, où il ne s’est rien passé depuis le 31 août et un bref « À ce jour toujours pas de courrier reçu suite à l’ énoncé dans var matin ….donc le colisee ouvrira certainement en retard, société constituée depuis le 30 mai 2016 dans le var information. »,version non corrigée par nos soins.

Nous, on joue aux pronostics, et on pense que si vous cherchez une belle salle des fêtes pour le réveillon du 31, y a moyen que ça se loue pour pas trop cher, en attendant que le dossier Camus trouve une issue qu’on espère heureuse (?). On vous promet que c’est la dernière fois qu’on en parle, sauf s’il se passe un truc de dingue, même si on nous appelle pour nous dire que ce qu’on raconte c’est pas cool. On n’a pas menti, on n’a jamais demandé d’argent (et celui que les précédents gérants nous doivent, on ne l’aura jamais), et on n’a absolument rien contre Chrystel Camus qui en dehors de nous avoir banané avec son histoire de filiation et de nous avoir vendu un beau projet, ne nous doit pas d’argent. Mais nous, on vous doit de l’info et de l’humour : ça tombe bien, le Colisée c’est burlesque.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire