Que ceux qui ont connu le club Dorothée se le disent : la télé française a été le théâtre d’un massacre absolument honteux de la culture japonaise, alors qu’elle a paradoxalement permis à des millions de petits français de faire connaissance avec des héros animés par les vraies valeurs : le courage, l’amour, l’héritage, la famille, l’honneur, et tout le reste. En association avec les choses biens sous tous rapports que nous étions en capacité de produire nous-mêmes, c’était parfait. Puis un jour, au milieu des années 80, un héros sombre et violent est apparu. Son nom : Kenshiro, héritier du Hokuto Shinken, l’art martial le plus puissant qui soit, et de ses 2000 ans d’histoire. Un manga à succès porté à l’écran, importé en France par AB Productions, et dont les auteurs ne doivent aujourd’hui toujours pas connaitre le sort désastreux sur notre territoire. Coupé à la machette, doublé par des débiles, diffusé à 80%, et le reste on s’en fout. Pourtant, dieu sait que Hokuto No Ken (puisque le titre français Ken le Survivant n’a en fait aucun rapport, survivant de quoi ?) est une oeuvre puissante, riche, et digne d’intérêt. Cette semaine, on réhabilite, et même mieux, on vous informe sur les séries dérivées, oui madame.

Des écoles d’arts martiaux, des gonzesses et des fratries.

Quand on regarde Ken en français, en définitive, on ne comprend absolument rien. Les doublages imaginés par les comédiens, qui ont pris ce parti parce qu’ils ne voulaient pas travailler sérieusement sur une oeuvre qu’ils ont jugée trop violente et absurde à l’époque, desservent l’histoire à un degré insupportable. Kenshiro, le héros, est l’héritier du Hokuto Shinken. Il suit à ce titre un destin tragique, émaillé par des affrontements inéluctables contre d’autres spécialistes d’arts martiaux, soit parce qu’ils sont ses rivaux naturels (ses « frères » du Hokuto jaloux, Raoh en tête, Toki et Jagi), soit parce qu’ils sont membres d’une école rivale, le Nanto Seiken, liée par son histoire et sa destinée au Hokuto (les six poings sacrés du Nanto, Rei, Souther, Shu, Yuda, etc). Tout ça se déroule dans un monde post apocalyptique dominé par les puissants, des punks sanguinaires, des géants mutants hyper violents, et chacun essaie de se sortir de là en attendant un sauveur. Voilà ce qu’est Hokuto no Ken : l’histoire d’un sauveur qui doit lutter contre le mal au mépris de tout s’il le faut, pour apaiser la planète. C’est pas un délire comique imaginé par les Japonais pour se marrer. On se bat pour récupérer sa femme détenue dans une forteresse, on se bat pour sauver la vie d’enfants ou de gens sans défense, on se bat pour des histoires de suprématie. Les vraies valeurs.

Ken II, les OAV, la Légende de Raoh

Les personnages de Hokuto no Ken sont tellement charismatiques (phénomène inégalé dans toute l’histoire de la japanimation) qu’ils ont suscité chez les auteurs l’envie de leur consacrer des OAV dérivés de la série originale de 109 épisodes de 26 minutes (et pas 89 épisodes de 18 minutes, comme on l’a eue en France). Ainsi, Yuria (la compagne du héros), Raoh (le « frère », conquérant de la fin du siècle, peut-être le personage le plus complexe de la série) ou encore Toki ont droit à un film de 90 minutes sur leur histoire personnelle. La qualité graphique est supérieure à celle de la série dans ces OAV qui apportent beaucoup d’informations complémentaires. C’est la même chose avec la mini-série « La légende de Raoh », qui revient quant à elle sur l’histoire complète du Frère Aîné du Hokuto, depuis son adolescence jusqu’à sa soif de domination démesurée.

Enfin, pour les plus mordus, sachez qu’au Japon ils ont produit une suite, 43 épisodes de plus, qui sont exactement dans la même veine que la série originale, avec de nouvelles épreuves à la hauteur de Kenshiro. D’abord un empereur mégalo assisté par les disciples du Gento, une autre école d’arts martiaux. Enfin, l’apothéose, une visite sur un territoire protégé, démoniaque, dominé par le Hokuto Ryuken, et ses adeptes qui ne sont autres que les frères naturels de Kenshiro et de Raoh. Série incroyable, presque parfaite, avec un univers génialissime, des héros magnifiques, une dramaturgie bouleversante, et une revanche à prendre sur des ignares qui l’ont traitée avec peu d’égards. Tout est disponible en coffrets, ne vous privez surtout pas, et ne les regardez plus jamais en Français, sinon votre corps va exploser.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire