Ils s’appellent Owen Hart, Chris Benoit, Yokozuna ou le British Bulldog. Ils ont tous plein de points communs : ils ont gagné beaucoup d’argent pour apparaître en collants sur un ring, ils ont des capacités physiques hors du commun, ils ont été des vedettes internationales, et ils sont morts avant d’atteindre un âge normal pour passer l’arme à gauche. Entre les histoires où la chance a joué son rôle, les grands moments de folie furieuse à cause des stéroïdes ou les cœurs qui lâchent de manière inexplicable, retour sur les destins brisés du catch, cette activité étrange et fascinante où le muscle et la souplesse sont au service de combats scénarisés, aux dépens parfois de vies qui n’ont plus aucun sens.

Chris Benoit

Le catcheur canadien Chris Benoit est peut-être, de tous, celui qui a le plus défrayé la chronique. Grand lutteur, maintes et maintes fois titré par toutes les fédérations dans lesquelles il a catché, Chris Benoit est à l’apogée de sa carrière en 2007 lorsqu’il est retrouvé mort à Atlanta le 24 juin. Il s’est suicidé, mais il a d’abord assassiné sa femme et son fils. Plusieurs théories sont échafaudées, dont celle de la roïd-rage, cette crise de haine incontrôlable provoquée par une prise trop régulière et importante d’anabolisants (des produits que Benoit consommait, ça on en est sûrs). Il se trouve qu’en plus de ça, une analyse de son cerveau a démontré que des lésions comparables à celles dénoncées par les médecins sur les joueurs de NFL avaient fait de sa cervelle celle d’un « homme de 85 ans atteint d’un alzheimer avancé ».

La famille Von Erich

Fritz Von Erich, catcheur des années 60, a vécu la pire chose qui puisse arriver à un père de famille, après avoir vécu la meilleure. Satisfait de voir que ses fils étaient comme lui complètement addicts au catch, il devra faire face successivement au décès de David, Kerry, Mike et Chris. Le plus connu des 4 est sans doute Kerry, qui se fera connaître à la WWE (à l’époque, WWF) sous le nom de The Texas Tornado. Destin hallucinant pour cette famille de catcheurs dont la trajectoire a été massivement déviée par un malheureux concours de circonstances fait de drogue, de théorie des dominos, de dépressions en tous genres et de blessures. La mort de David, le second fils de la fratrie, en 1984 d’une supposée overdose (maquillée par son pote Bruiser Body qui aurait balancé la cocaïne responsable du problème dans les toilettes avant l’arrivée des autorités – mais les autres savaient, les légendes Mick Foley et Ric Flair en tête), a été le déclencheur de tout. Les autres se sont tous suicidés, suite à des échecs répétés dans le projet de réussir dans le catch, ou trop meurtris par la mort de leur frère à 25 ans, ou encore dépressifs parce que poursuivis par la justice dans des affaires de trafic de drogue, empêtrés dans des mariages foireux, ou simplement cinglés (Kerry Von Erich entendait les voix de ses frères l’appeler vers l’au-delà).

Yokozuna

Tout le monde le connaît parce qu’il a été le catcheur le plus gros qu’on ait jamais vu sur un ring. Dans les années 90, affronter Yokozuna, c’était la purge absolue, et tout le monde s’est cassé les dents sur ce samoan-américain rebaptisé d’un titre honorifique/grade ultime du sumo. Lex Luger l’a soulevé sur un bateau. L’Undertaker l’a enfermé dans un cercueil. Hulk Hogan l’a battu à WrestleMania X. Et ses 300 kilos ont emporté dans la tombe Rodney Agatupu Anoa’i à 46 ans, en l’an 2000. Plus tard la WWE misera encore et encore sur les catcheurs Samoans, comme les Headshrinkers, The Rock (dont la mère est samoane), ou encore Rikishi. Umaga, lui aussi, trouvera la mort en 2009, après avoir mélangé plein de médicaments hautement incompatibles.

Eddie Guerrero

Mort en 2005 à l’âge de 38 ans, Eddie Guerrero a du talent, énormément. Si bien qu’en dépit de son rôle quasi permanent de « méchant », les fans de catch l’adorent. Dans la sphère privée, Eddie st un sale gosse : alcoolique, dépendant aux médicaments, puis à des trucs un peu plus hardcores, sa carrière jongle entre les moments de gloire et les épisodes où les grandes fédérations le prient de prendre un peu de repos, loin des rings. Son cœur l’a lâché dans une chambre d’hôtel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Owen Hart

Encore une fratrie indissociable du milieu du catch nord-américain. Owen Hart est le fils de Stu Hart, et le petit frère de Bret, l’un des plus grands catcheurs que la Terre ait jamais connu, malgré ses pantalons roses. Owen a pour lui un atout incroyable : il est aussi acrobatique que les luchadors mexicains, mais avant que Rey Mysterio ne franchisse les frontières du Texas. Et puis il est l’opposé de son frère, avec ses cheveux blonds et ses tenues de lutteur gréco-romain. Son histoire est particulièrement tragique puisqu’il est mort sur le ring, sans combattre. Censé atterrir sur le ring en descendant en rappel à Over The Edge 1999, Owen Hart a fait une chute mortelle qui a provoqué une rupture de l’aorte. Selon Mick Foley, encore lui, sur le ring à ce moment-là, il aurait même tenté de se relever avant de mourir brutalement. Une tragédie qui a longtemps traîné dans les esprits outre-Atlantique.

Stéroïdes meurtriers

Bien des catcheurs ont pris massivement des stéroïdes anabolisants. Et même si c’est leur métier de faire de la musculation, même si la prise de masse et la sèche, la gestion des produits dopants font partie de leur quotidien, certains ont mis leur corps au supplice au point d’en crever comme des chiens dans une chambre d’hôtel ou chez eux. C’est le cas de Rick Rude, de Curt « Mr Perfect » Hennig, Macho Man Randy Savage, ou dernièrement, l’Ultimate Warrior. La WWE est régulièrement pointée du doigt par les autorités parce qu’elle n’en fait soit-disant pas assez pour la santé de ses catcheurs, ce à quoi elle oppose sa Wellness Policy, qui essaie de bannir les produits interdits, et qui provoque de temps à autres des exclusions de son roster (Dolph Ziggler en a fait les frais, Randy Orton ou Rey Mysterio y ont échappé de justesse). Mais tout ça, c’est un grand débat qui n’aura jamais de fin, comme les commotions cérébrales en NFL. Pour tout vous dire, même Miss Elizabeth, celle pour qui se foutaient des tartes Hulk Hogan et Randy Savage dans les 80’s, avant que Ric Flair ne s’en mêle dans les 90’s, est morte des suites d’une overdose et d’alcool. Elle a été retrouvée dans la maison de son compagnon…Lex Luger.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire