Depuis qu’il a été installé sur la place de l’Office de Tourisme de Fréjus, « Le Traîneur » – c’est son nom – ne lasse pas de susciter la curiosité des passants. Et on les comprend ! Figurez-vous la sculpture étonnante d’un homme courbé à l’extrême, pliant sous l’effort et le poids d’un harnais relié à un énorme cube de plexiglas.

Cette œuvre est celle de l’artiste hongrois Barna Gacsi, dont une demi-douzaine de sculptures a fleuri depuis mi-juin aux quatre coins de Fréjus * à l’occasion du Festival de l’Art en Liberté proposé par la Ville et l’association Le Point K. C’est néanmoins pour le « Traîneur » que Barna avoue une affection toute particulière. Parce que, comme il nous l’explique par l’entremise de sa charmante épouse francophile : « c’est une sculpture rituelle ». Ce à quoi on a envie d’ajouter « et participative ». Parce que paradoxalement, tout le sens de cette création est dans ce qu’elle laisse de vide, le cube en l’occurrence, que chacun peut contribuer à remplir. On vous explique.

A l’origine était le harnais. Barna l’a trouvé au hasard d’un « vagabondage » en forêt hongroise et « y a fait entrer une statue » qui tire « un fardeau surhumain ». D’où le cube. « Dans cette composition, j’essaie de parler de notre moi profond, qui porte ou ploie sous le fardeau de l’existence, et j’invite tous les gens à s’interroger sur les fardeaux inutiles qu’ils portent eux aussi et dont ils voudraient se débarrasser. Le Traîneur leur donne cette possibilité : chacun est libre de déposer dans le cube l’objet symbolique de son fardeau ». D’où le participatif. Jusqu’au 16 octobre, date à laquelle la sculpture quittera définitivement la place Clémenceau, on vous invite à en profiter et à vous alléger.

Alors sculpteur ou philosophe Barna ? Les deux mon Capitaine ! Il découvre la sculpture dans un livre à l’âge de 19 ans, et c’est le coup de foudre. Il apprend alors les techniques de la fonderie et étudie au Collège des Beaux-Arts de Budapest. Aujourd’hui, il définit son rapport à son art comme « une quête du contact entre Dieu, l’esprit humain et la matière terrestre ». Chacune de ses créations est investie de « l’essence de ses propres expériences et sentiments » et bouleverse son équilibre intérieur pour faire de lui un homme nouveau. « Après avoir consacré 20 ans à mon art, je ne peux pas dire que j’aie découvert beaucoup de vérités. Une seule peut-être quand même : le soleil se lève tous les jours ». Et en plus, il a l’humilité des grands.

La bonne nouvelle, c’est que Barna Gacsi viendra bientôt étoffer le Circuit des Métiers d’Art de Fréjus. Il recherche un local qui pourra accueillir son atelier, et lui permettre de laisser libre cours à son processus créatif. On a hâte !

* A découvrir également à Fréjus : « Transmission » rond-point de la Frégate, « Les Esclaves » place dei Galoubet à Port-Fréjus, « Le Cerf » place dei Tambourinaire à Port-Fréjus, « Naissance » place Formigé, « Mélancolie » dans la fontaine du rond-point des Tirailleurs sénégalais à Fréjus-Plage.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire