La mer, la montagne, des vallons, des arbres…le lieu parfait pour faire du VTT. Encore fallait-il y mettre quelques moyens. Grâce à la ténacité de quelques passionnés qui avaient un peu de rseau pour agir en faveur du VTT, c’est fait. En quatre mois, la forêt des Issambres a laissé un peu de place à un parc sportif exceptionnel plein de pistes qui descendent vite ou très vite (ou pas trop pour les débutants, qu’on se rassure), et même à une piste ultra haute performance où les manches de championnat du monde vont pouvoir se dérouler. Ça s’appelle l’Azur Bike Park, c’est en service, les cadors s’y sont déjà expliqués devant une foule conquise, et c’est le directeur Yvan Grasso qui nous explique tout, de la génèse aux projets futurs.

Yvan, tu es fan de VTT depuis longtemps ?

Je suis là-dedans depuis longtemps, je donne tout ce que je peux pour faire avancer la dynamique VTT sur la commune, je suis président d’une association depuis longtemps Roc’N Roule VTT Band, je travaille avec la vile, l’office de tourisme…J’essaye de montrer que le VTT est un vrai plus pour le territoire, pour le tourisme et l’image.

Et donc, le massif dans lequel on se trouve s’y prête.

Le massif des Maures, sans aucun doute ! Et je ne suis pas le seul à penser ça, avec quelques collègues oN s’est lancé dans cette affaire ! Les gars du service des sports, des fonctionnaires, l’OT, on essaie de faire bouger les choses. Et au mois d’avril on a réussi à expliquer tout ça au maire de l’époque Luc Jousse, pour lui montrer les arguments en faveur du VTT comme outil touristique. J’avais en Plus comme joker la possibilité d’organiser une épreuve de coupe du monde de 4Cross. C’est ce qui a fait la différence, il a accroché, s’est intéressé à la démarche, et on a pu avoir des fonds pour aménager le site, construire la seule piste permanente de 4 Cross de France, organiser une épreuve de coupe du monde les 1 et 2 octobre. On a aménagé un joli Bike Park où l’on peut faire de la DH, de l’enduro, de la maniabilité pour les novices, un petit snack, et mËme des navettes pour remonter les pratiquants, comme au ski !

Ce Bike Park, c’était une idée qui germait depuis longtemps ?

Avec les amis pratiquants c’était même un doux rêve ! En général c’est dans les stations de ski, mais nous on a un territoire qui s’y prête ! On n’en avait jamais parlé au maire avant, mais quand on a mis la coupe du monde sur la table Luc Jousse a vraiment jeté un œil. Et puis Cédric Llorens, un grand athlète qui vit dans la région, a vu le site, il a dit « faites un Bike Park ». On nous a donné cette possibilité, alors banco !

Personne ne venait ici, avant ? Pourtant on le voit très bien en haut du Col du Bougnon

Il y avait quelques pratiquants, quelques randonneurs, mais ce n’était pas du tout aménagé. On a la chance que ce soit très beau, comme spot ! Il y a la vue sur la mer, les pistes sont tracées pour qu’on voit la mer, c’est exceptionnel pour faire du vélo. On espère avoir beaucoup de partenaires privés du VTT pour nous suivre, et ça part bien.

Le Roc d’Azur va aider le buzz ?

On l’espère, c’est calculé en tous cas. On a beaucoup travaillé très vite, en quatre mois, c’était compliqué. Mais on ouvre au public le 5, la manche de coupe du monde c’est le 1er weekend d’octobre, le Pro Tour de 4 Cross, la piste est validée par l’UCI, on est très fiers.

Explique-nous ce qu’est le 4 Cross !

C’est une discipline qui a des championnats très organisés partout, sauf qu’en France la fédération avait un peu lâché l’affaire. C’est un mix entre la descente et le BMX, on part à 4 sur la piste en même temps, et c’est le premier arrivé en bas. On a tracé une piste top niveau, qui a même fait halluciner les pilotes. D’ailleurs si tu veux on peut la descendre à pieds, parce que même moi en VTT, même si je pratique, j’y vais pas ! C’est une discipline très engagée, déjà tout seul, je te laisse imaginer à quatre ! On a aménagé la piste pour que les spectateurs puissent se mettre un peu partout, avec une grande zone juste en face des gros sauts. 450 mètres de long, 80 mètres de dénivelé, ça descend fort.

Qu’en est-il des autres pistes ?

On a deux pistes d’Enduro, une facile et une auTre un peu moins. On part de derrière le Mont Cabasse. On a une piste de descente, de DH, il te faut un vélo particulier. On a une piste longue d’enduro qui descend sur 230 mètres de dénivelé. La piste de DH descend jusqu’à celle de 4 Cross qui en est la fin. On a aussi des belles zones pour s’entraîner, avec des boucles aménagées, et deux parcours plus courts pour les débutants, et même une zone pour apprivoiser les sauts et les manœuvres.

Il faut venir avec son VTT ?

Dans un premier temps oui, mais on verra par la suite. On peut remonter les pentes à la pédale, mais si on l’a fait une fois on prend la navette en général pour remonter la deuxième fois ! Mais honnêtement c’est pas très cher, et c’est pour l’instant le seul service payant.

Nous en avons aussi profité pour interroger l’organisateur de la course, Dave Roberts, rider britannique qui fait aussi partie de l’organisation du 4Cross protour, qui hallucine littéralement devant la piste tracée aux Isambres.

Dave, cette piste, qu’est-ce que ça donne ?

Elle est incroyable. On s’est lancés dans cette histoire des world series de 4cross en 2009 en étant les intermédiaires avec l’UCI, o a créé le ProTour en une semaine. On se balade entre 15 pays aujourd’hui, le niveau des riders est bon, et cete piste est exactement ce qu’on veut pour notre compétition.

Elle est technique ?

Très serrée, rapide, elle est parfaite pour les spectateurs, des gros sauts, des parties techniques. Et puis le zone est géniale, j’adore cette région, ce bike park est génial, il fait beau, chaud, si on avait ça en Angleterre on y serait tous tout le temps. En plus ce sera un full package avec le Roc D’azur, hélas pas cette année parce qu’on a des compétitions ailleurs, mais l’an prochain on va s’organiser. J’ai des amis à Monaco, je viens souvent par ici. Mais pour l’instant je suis 4e, je peux encore finir deuxième au général donc ce n’est pas encore les vacances. Surtout que je cours et j’organise, mais je m’en sors !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire