NB / Consommez de l’alcool avec modération. Voilà, le message est passé, comme ça on peut causer tranquillement avec des professionnels du secteur !

Sept mois qu’ils sont là, dans la zone de la Palud à Fréjus. Nicolas et Florian sont jeunes, dynamiques pleins d’envie de bien faire, et ils ont choisi un domaine où le goût et le plaisir sont rois : l’alcool. Attention, pas la fête à outrance, bien au contraire : la dégustation, un art de vivre où prendre le temps est souvent synonyme de plaisir décuplé. C’est ça, un V&B, un endroit dédié aux saveurs, aux arômes, et au bien-être du palais. D’autant qu’en prime c’est joli, cozy mais pas trop, et surtout, chaleureux comme pas possible. Un exploit quand on sait qu’on est dans un hangar de la Palud, et pourtant ! Nicolas Meniaud, l’un des deux associés, nous explique tout.

Nicolas, V&B, c’est une franchise ?

Oui, c’est une franchise, mais ici n’oublions pas que c’est un magasin indépendant. Un mélange de magasin et de bar, c’est d’ailleurs un peu compliqué de faire comprendre au public que c’est aussi un bar. « Cave et Bar », les clients potentiels comprennent d’abord que c’est un magasin, peut-être même pour les pros compte tenu de l’emplacement. Alors que non, notre clientèle c’est vraiment les particuliers, on fait un maximum de soirées pour leur faire plaisir. Le bar et le magasin sont complémentaires, en plus !

C’est un univers que vous connaissiez bien, les produits de bouche, les spiritueux ?

C’est un univers dans lequel on baigne tous les deux depuis un moment, oui. Surtout Florian qui a travaillé pendant longtemps dans les domaines viticoles, où il participait à l’élaboration du vin. Moi mon truc c’est plutôt la bière. Jusqu’ici j’étais ébéniste mais j’ai eu envie de me lancer dans une nouvelle aventure. On a trente ans tous les deux, il était temps de réaliser notre rêve de gosse, on est amis depuis toujours, et là on y est.

L’opportunité s’est présentée ?

Même pas ! J’ai beaucoup voyagé, notamment quand j’étais ébéniste, et un jour j’ai découvert cette franchise à Annecy. On avait dans l’idée de monter un bar à vin, quelque chose comme ça, mais là on a tilté !

Parce que c’était immense ?

On est pas dans le même domaine, c’est plus grand, le concept est génial. Depuis cinq ans que j’ai découvert ça je ne m’en lasse pas. Quand tu connais les autres V&B implantés, tu comprends vite que la taille qui pourrait faire peur, te permet d’accueillir du monde, et ce n’est plus du tout un problème, notamment le soir. En journée il peut arriver que ce soit un peu plus creux et là oui, il faut occuper l’espace un peu plus, surtout quand tu démarres, mais faire les choses en grand ça permet de se démarquer.

On est assez proche de ce qui se fait dans les pays où la bière est très populaire, avec des cartes immenses. Comment ça fonctionne, ici ?

Tout ce que l’on a en magasin se trouve au bar. C’est typiquement un bar de dégustation, d’after-work dans un pur style anglo-saxon, où tu peux découvrir des tas de choses. On ferme à 21h, donc on travaille sur une amplitude assez courte. C’est pas du tout un bar de nuit, c’est vraiment dédié à la passion du produit.

Le Français sont amateurs de vin, mais sont-ils bons sur la bière ?

Je crois que non, hélas, tout reste à faire ! Mais c’est là que le rôle d’un V&B est important. Il faut démocratiser un peu le vin, élitiste par moments, et anoblir la bière, qui manque un peu d’image de marque. Ici on l’imagine comme une boisson « simple », qu’on boit vite fait quand on a soif, ou quand on bosse dur sur un chantier, par exemple. Mais dans d’autres pays, ou même au nord de la France, la bière est mieux considérée. On peut se forger un palais avec autant de subtilités qu’avec le vin. D’autant qu’ici on en produit, et que beaucoup de micro-brasseries ont un très bon niveau. Dans le sud on a la Riviera Beer de St-Raphaël, des brasseries de St-Tropez, Nice, Toulon, et on commence à monter en gamme.

Aiguille-nous, donne-nous des conseils !

Les bières artisanales, des bières très houblonnées, des saveurs sur les agrumes, les fruits exotiques, dans de la bière c’est incroyable, je ne m’en lasserai jamais je crois. C’est au gré des saisons, c’est comme un vin ou un whisky, il y a tellement de choses à découvrir !

Les gens sont-ils réceptifs ?

Clairement, l’engouement est énorme sur la bière ces dernières années. Le vin c’est vu et revu, les gens savent en parler, en boivent régulièrement. La bière gagne ses galons, avec les Anglais, les Allemands, les gens du Nord qui sont connaisseurs. Je crois que le marché du sud est un beau marché à conquérir.

Et les femmes, là-dedans ?

Elles s’y sont mises il y a longtemps. Il y a des connaisseuses, les bières aromatisées, les bières un peu plus fortes, elles ont un joli succès !

Parle-nous des soirées, c’est nouveau ?

On le fait depuis peu, ça nous permet de fermer un peu plus tard, pour faire découvrir le concept V&B, c’est très important que les gens pénètrent chez nous pour comprendre ce qu’on fait. Un V&B près de chez eux, pour ceux qui connaissent déjà, c’est une très bonne nouvelle fais-moi confiance. On prépare des lives dans une ambiance rock, avec Overhead qui nous rend visite le 10 novembre, et ensuite on fêtera l’arrivée du Beaujolais, avec un mix Vinyle qui enverra du gros son.

La proximité avec le Public House, c’est une force ou un problème ?

On a de plus en plus de gens qui nous disent que c’est dans la zone de la Palud qu’il faut sortir le soir, nous on fait autre chose qu’eux, on bosse tous dans un périmètre où il est possible de tout faire à pied, c’est génial, au contraire !

Et le fait de préparer votre premier noël, ça vous inquiète ?

Je crois qu’on va se faire démolir, mais c’est pas grave ! On a stocké encore, on le fait depuis quelques mois, on va probablement embaucher du monde. On essaie d’avoir un peu de tout : des coffrets cadeaux, les spiritueux, et puis le nouveau concept, le meuble « Witt », où on propose aux clients de choisir des échantillons à offrir, qui sont dans des tubes à essais. Le receveur du cadeau pourra choisir ce qu’il préfère et revenir au magasin avec un bon de réduction pour s’offrir ce qu’il a aimé le plus, je trouve vraiment le concept génial et je pense que ça va faire un gros carton pendant les fêtes !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire