Ils ne sont pas très connus du grand public, mais eux au moins, ils proposent vraiment de changer les choses. Tellement qu’ils auront sans doute un peu de mal à faire passer leurs idées. Toujours est-il que le débat démocratique est ouvert à tous, et qu’il est normal de mettre un peu de lumière, tan qu’on le peut encore parce qu’après ça devient très compliqué avec cete histoire de « temps de parole », sur les candidatures les plus originales. Avec dans les rôles principaux des gens absolument incroyables.

Henry de Lesquen

Henry Bertrand Marie Armand de Lesquen du Plessis-Casso, polytechnicien, énarque, diplômé en sciences humaines, président de Radio Courtoisie, essayiste, et par dessus tout, homme d’idées qu’on qualifiera de fortes. Sur son site Lesquen2017, il ne faut surtout pas rater l’onglet « analyses, où l’on peut découvrir quelques lectures légèrement ampoulées, ornées de références culturelles bien choisies, mais surtout, parées de titres très engageants comme « 10 points sur les inégalités de QI entre les races humaines », « Refuser la France noire », « Sarkozy a des racines juives mais la France n’en a pas », ou notre préféré, « Le coefficient de blancheur des équipes de balle au pied », bien que ce dernier soit signé de la main d’un contributeur, et pas de lui. Celui qui considère que Marine le Pen est une « femme de gauche », « inculte », « qui s’éclate sur de la musique de nègre en boîte de nuit », n’est pas là pour rigoler. Il veut pratiquer la réémigration, privatiser l’école, rétablir la peine de mort pour les meurtres, le terrorisme, et le trafic de drogue, supprimer le smic, instaurer une taxe de séjour pour mettre les immigrés à contribution de la dette publique, interdire la double nationalité, sortir la France de l’Otan…Voilà voilà.

David Saforcada

David Saforcada vit au XiXe siècle. Absolument. Il est d’ailleurs déclaré en tant que candidat « Bonapartiste ». Qu’est-ce que peut bien venir faire Bonaparte dans le débat public en 2017 ? Et bien il faut le demander à David Saforcada, dont les idées ressemblent un peu à celles de Nicolas Dupont-Aignan. En gros, il faut remettre la France au centre des préoccupations des Français, ça veut dire tout changer, revenir en arrière sur pas mal de décisions, se débarrasser de l’Europe, penser « France, Agriculture, fonction publique et sécurité ». Dans les grandes lignes. Parmi les idées du programme, il est question de repenser le RSA, le RSI, les forces de l’ordre, et de faire de grands changements structurels comme la généralisation des réseaux Internet, obliger les centrales d’achat agricoles à acheter français, refondre complètement l’impôt sur le revenu en créant un impôt proportionnel, conserver les départements et les communes en dissolvant les régions, etc.

Jacques Borie

Peut-être le candidat qui fait partie de la structure la plus fn : Europe Démocratie Esperanto. L’idée centrale d’EDE ? Remettre l’Esperanto au cenre du débat politique en en faisant la langue officielle de l’union européenne, pour faciliter la communication enre les peuples. Ca veut dire l’enseigner à l’école, ouvrir des budgets, tout mettre en oeuvre pour que ce soit possible, mais sans urgence absolue. Pour le reste, on est dans quelque chose d’assez mesuré, avec un axe fort, le non-cumul absolu des mandats, à aucun étage et pour personne. Il y a aussi un grand volet environnemental, qui fait un peu penser au programme des verts, en moins extrême, puisqu’on y considère la voiture comme un outil utile. Mais il faut favoriser le recyclage, les énergies renouvelables, réduire les dépenses énergétiques, etc. En esperanto, par contre. Prezidanto, ça se dit, en espéranto.

Carl Lang

Le Front National des années 80, il en était. Carl Lang n’a pas avalé la pilule quand Marine Le Pen est devenue présidente du FN, et il a décidé de devenir un dissident. Il a emmené avec lui pas mal d’historiques du parti, Martine Lehideux, Martial Bild, Jean-Claude Martinez, Fernand Le Rachinel, en tout, une quarantaine de l’aile droite du FN. L’idée de son Parti de la France, c’est de remettre l’église au milieu du village, en gros : la France aux Français et l’Europe aux Européens. Il faut bien sûr lutter contre l’immigration illégale, contre l’islamisation, défendre l’héritage chrétien, laisser se développer la croissance d’elle-même sans faire intervenir l’Etat, et remettre la famille au coeur de la société française. Il faut aussi refuser l’hégémonie et l’influence américaine. Les historiques de l’extrême droite française, pour ceux qui regrettent le retrait de la vie politique de Jean-Marie Le Pen.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire