« Bâtisseur de cathédrales, fidèle ouvrier de Dieu, Puissance du plus profond des entrailles de Notre-Dame, Bénies soient les enveloppes de marbre, De divins séraphins angéliques aux gargouilles nécropsiques. » C’est beau hein ? C’est de Philippe, ou SAS de l’Argilière, le chanteur du groupe de metal français Misanthrope. Et ça faisait des lustres que je rêvais de caler quelque-part ce joli texte auquel, je l’avoue, j’ai pas tout compris, mais qui me appelle les meilleurs moments (rares, très rares) de mes années lycée. En fait j’ai choisi ce jour parce qu’au fond de nous, nous sommes tous des bâtisseurs, de cathédrales ou d’autre chose. En tous cas, nos sanctuaires, nos maisons, nos foyers, on aime bien les façonner à notre image. Et j’ai pensé qu’on pouvait en faire un sujet, parfaitement. On est en 2016, et à l’ère du tout numérique, il reste un domaine ou mettre les mains dans la mouise, c’est obligatoire : la construction. Hésiter à pourrir un vieux jean est incompatible avec la pose du moindre parpaing. Et la théorie n’a jamais été si loin de la pratique qu’en terme de bâtiment. Vous l’avez déjà fait ? Creuser une tranchée ? Ménager un vide sanitaire ? Poser une plaque de BA13 sans lève-plaque ? Si c’est votre ambition, vous allez en apprendre un rayon en lisant ce numéro. Si vous connaissez les rouages de ces entreprises de création éphémères, alors vous allez sentir une compassion qui fait du bien là, entre les épaules, comme une caresse d’hôtesse sexy dans un bar d’Europe de l’Est. Et si vous êtes carrément un pro du secteur, vous savez qu’on n’est jamais assez renseigné, et que toute info est bonne à prendre. Allez, bétonnière, truelle, spatule, tapées de 215 pour les portes-fenêtres, et en avant Simone (qui ne vient pas toujours de là-bas, o la légende s’imagine que les villes sont peuplées exclusivement de mannequins et de maçons).

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire