Saviez-vous que le Taurum d’Yves Cass était censé être posé devant le Forum, avant même qu’ils ne soient l’un et l’autre terminés ? Savez-vous ce qu’est, déjà, le Taurum d’Yves Cass ? C’est ce gros taureau ailé, plutôt un centaure de métal, qui trône depuis des années devant le magasin Bricoman au Capitou. Pourquoi là-bas, allez savoir, une histoire politique de querelles entre Elie Brun et Jacques Mignon, qu’il serait inutile de rappeler dans les détails ici. Toujours est-il que l’ancien maire de Fréjus n’est plus aux affaires, et que cette sculpture va se retrouver, à partir du 21 février, à sa place originelle, sur un socle construit gracieusement par la Sogetra, mécène pour l’occasion.

Si Yves Cass est ravi que son oeuvre revienne devant le Forum, il a fallu calculer précisément un itinéraire « sans ponts » pour le trimbaler jusque-là le jour J, dans un convoi exceptionnel qui passera plus par Saint-Raphaël que par Fréjus. Quoi qu’il en soit, le 21 février à 18h, tous les amateurs d’art seront conviés devant le théâtre pour le vernissage le plus froid de l’année, mais sûrement l’un des plus chouettes.

Exposition Upcycling

Comme un bonheur n’arrive jamais seul, l’équipe du Forum a profité de la conférence de presse d’Yves Cass pour greffer deux artistes de grand talent, les fondateurs des Bidon’arts, PAD et Philibert. Le premier sculpte, le second peint, et ils se sont retrouvés autour d’un concept : recycler des bidons métalliques pour en faire des objets d’art monumentaux, après les avoir dépollués, un processus fastidieux mais qui vaut le détour. Parce que c’est ça, l’upcycling : recycler pour créer autre chose, peut-être meilleur encore que le produit d’origine.

Ils exposeront jusqu’au 7 février dans le hall du Forum, en compagnie de l’artiste Eric Nicolini, graphiste et mouleur qui travaille avec de la résine et du béton.

Guettez le convoi du Taurum, vous allez probablement halluciner ! C’est en tous cas ce que nous ont promis Guillaume Decard, président du conseil d’admnistration du Forum, Rémi Moreau le directeur,  et Yves Cass, qui sont très heureux de pouvoir utiliser le théâtre intercommunal comme écrin pour l’art sous toutes ses formes. Un pari en passe d’être gagné, petit à petit.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire