FX Predator, une association de gens très pointus, c’est le moins qu’on puisse dire. Leur spécialité, les costumes futuristes en résine, parfaitement. Et quand on voit l’armure d’Iron Man réalisée par le président, on se demande comment de simples amateurs peuvent parvenir à un résultat aussi bluffant que portable, car oui, l’idée, c’est aussi d’endosser ces choses normalement réservées aux vedettes du cinéma américain à très gros budget. Alors quand on ne sait pas, on demande, à Vincent Bauve, un adhérent qui sait tout sur une asso qui n’est au Mangame Show que pour montrer ce qu’elle sait faire.

Comment tout ça a-t-il commencé ?
On est des passionnés, qui se sont rencontrés sur un forum, à l’époque, aujourd’hui on est une trentaine. On voyage sur les salons pour montrer ce qu’on fait et partager notre passion pour ce qu’on fait, du cosplay poussé à l’extrême. C’est pas une boutique mais c’est assez cher, quand on nous demande si on vend des objets, ce qu’on fait parfois même si on n’est pas là pour ça.

Comment on fait pour fabriquer aussi précisément des armures aussi complexes ?
Tout est fait à l’oeil, on part de pâte à modeler, première sculpture, ensuite c’est du moulage, on fait comme dans les films, en fait. Après on passe à la résine. Il y a beaucoup de ratés, ça coûte cher, comme passion.

Mais…comment vous faites, pour le matos, les matériaux ?
Et ben on trouve ! Je ne saurais pas te dire quel est le truc le plus dingue qu’on ait réalisé, tout est fou. Il y a des choses sur lesquelles le temps passé est vraiment colossal, par exemple l’armure d’Iron Man, c’est dingue, c’est carrément issu des moules du film. Moi j’ai fait un casque, je ne sais pas combien de temps j’y ai passé. D’autant plus que ce sont des pièces uniques, portables et sur-mesure. Souvent c’est du travail de carrosserie.

Et ces casques de Daft Punk ?
Le plus dur c’est de faire une surface très lisse avec de la résine, mais à la base c’est de la pâte à modeler. La visière thermoformée, le carbone, c’est vraiment très compliqué à faire.

Le but c’est un peu d’en retirer de l’argent ?
Pas du tout, nous ce qu’on veut c’est montrer un savoir-faire. On est même obligés de limiter le nombre d’adhérents. Parfois on vient nous chercher, pour des courts-métrages, des accessoires, même des strip-teasers, à nous de faire un travail très soigné. Et franchement, je ne sais pas comment je n’ai pas commencé à faire ça avant, plutôt que jouer à la console ou regarder des merdes à la télé, j’aurais dû me lancer là-dedans ! C’est instructif, le travail avec les doigts, on apprend des tonnes de trucs !

En ce qui concerne l’armure d’IronMan, pièce maîtresse du stand, on a demandé au président Sébastien, l’auteur, de nous expliquer : « cette armure, je peux la porter. J’ai pu avoir un contact bien placé pour avoir les moules du film, mais il a aussi créé certaines pièces que je ne pouvais pas réaliser moi-même. Pour faire ça, il faut toucher à des tas de choses, commencer petit à petit. J’ai déjà eu des propositions pour travailler dans la production cinématographique, mais en France on n’est pas très bons pour ce genre de trucs, et très peu de gens trustent toutes les places. J’aimerais faire plus, mais c’est compliqué. Mon vrai métier c’est ferronnier d’art, c’est assez proche. L’association c’est en plus, on se rencontre, on échange, on avance et notre nombre grossit, on va même créer des pièces de A à Z, plutôt que de reproduire des costumes qui existent déjà, on verra où ça nous mène. »

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire