Un salon, et ouais, c’est la saison. J’aime bien, moi, les salons, surtout celui-là, sur l’habitat. Parce qu’on est toujours concerné par quelque chose, quand on va au salon de l’habitat. Il donne envie de gagner plus de blé, pour acheter plein de choses inutiles, ou fantastiques, mais dans les deux cas, indispensables. Un escalier en aluminium, un poêle à granulés, un interrupteur intelligent qui marche avec une application Android. On a envie de s’inviter dans le présent des aures pour bouleverser son futur, au salon de l’habitat. Et comme le disait lors d’un après-midi lumineux un de mes amis, moi, souvent, « je suis déçu par le futur ». Parce qu’on est en 2017 et que les voitures ne volent toujours pas, que les chaussures ne se lacent pas toutes seules, et que les Hover Boards ne volent pas plus sur le bitume que sur l’eau. Moi, je veux que le XXIe siècle me défonce le cerveau. Je veux vivre dans l’avenir, il est temps. Et ça commence par mon habitat, alors je vais au salon de l’habitat pour être étonné par l’évolution des objets de la vie courante. Ce qui me dérange, c’est que c’est trop discret. Pourtant c’est révolutionnaire mais je dois être pressé, parce que je trouve que ça ne vas pas assez vite. Allez, les gars, on accélère !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire