Si le premier ouvrage officiel sur les poêles date de 1619 (un certain Joseph Kessler, ingénieur allemand qui s’est spécialisé dans l’utilisation du feu enfermé pour chauffer les maisons en Allemagne), le feu est utilisé pour se chauffer depuis toujours. Un truc vieux comme le monde, un vrai. Et le poêle, qu’il soit à bois u à granules, est un objet séculaire, millénaire, dont le concept de base est d’une évidence absolue. Sauf qu’au siècle actuel, il revient en force, le poêle. Il devient design, économique, hyper-sécurisé, bref, complètement dans l’ère du temps. Parce que l’évolution glisse sur sa fonte comme un canard sur le lac Léman. Et qu’il en prend volontiers son parti. Renaud du « Poêle dans la main (trois magasins dans le Var, maison mère à Toulon) nous explique comment le poêle est plus que jamais de retour dans la maison moderne. 

Renaud, c’est quoi la différence, en dehors du combustible, entre un poêle à bois et un poêle à granulés, généralement plus cher ?

La grosse différence, c’est qu’ poêle à granulés se programme. On peut valider un démarrage à heure prévue, programmer l’extinction. Il est électrique, connecté, on détermine des températures, il fonctionne comme une clim, avec le plaisir des flammes en plus. Certains sont totalement étanches, pas de Co2, pas de fumée, aucune nuisance. Il était vraiment plus cher avant, mais les prix ont considérablement baissé, parce qu’il se vend de mieux en mieux. On commence autour de 1200 euros, conre 800 pour les poêles à bois. On favorise les produits de fabrication européenne, c’est un peu plus cher, mais c’est un produit technique et technologique, il vaut mieux miser sur des appareils de conception fiable.

Est-ce que les contraintes d’installation sont aussi complexes que pour une cheminée, avec un conduit, des normes, etc ?

C’est légiféré, le Document Technique Unifié certifie l’imposition d’un conduit, des distances par rapport au bois de charpente, etc. Certains poêles à granulés ont des dégradations, qui permettent de réaliser des « sorties ventouses » qui permettent de traverser les murs extérieurs de la maison, sans passer par le toit de la maison comme on le fait avec une cheminée. Le conduit et l’installation sont moins onéreux, car moins lourds à installer, et puis c’est plus joli, je pense.

On peut installer ça soi-même, avec un plan ?

La plupart des assurances demande des factures de professionnels agréés RGE. C’est nécessaire pour obtenir le crédit d’impôt dont tout le monde à entendu parler. t puis elles ne remboursent pas si ça brûle. Le poêle  bois traditionnel comporte certains dangers s’il est mal installé c’st évident, et le po^le à granulés est un objet technique, avec de nombreux paramètres.

La cheminée disparaît peu à peu ?

Et bien ça coûte moins cher qu’une cheminée, un poêle. C’est plus facile à installer. Certaines personnes tiennent toutefois à avoir quelque chose de plus abouti, avec les conduits cachés, donc il y a toujours des inserts. Mais aujourd’hui, les décorateurs aiment bien utiliser les poêles et tirent un parti esthétique du conduit apparent. De plus, ça chauffe très bien, la diffusion de chaleur est très efficace, le mélange des matériaux, vermiculite, acier, rend ces objets très fonctionnels. Aujourd’hui, avec les déflecteurs qui empêchent les fumées de s’échapper, les combustions en deux temps, avec le recyclage en direct des particules qui se consument une seconde fois, les rendements sont accrus.

Et le must c’est la porte qui reste froide !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire