Retour sur l’incroyable œuvre de Sampha, sortie le 3 Février dernier.

Dieu sait que les albums pleuvent tous les jours. L’essor d’Internet et l’accessibilité permettent une véritable productivité musicale. Des bouses sonores, il y en a donc en masse. Mais, dans ce florilège de fréquences sombres se trouvent des perles rares, comme celle de Sampha. Après une succession de singles et de collaborations avec Drake ou Kanye West, Process lance plus ou moins la carrière de ce talentueux chanteur puisqu’il s’agit du premier long format de son auteur. À mi-chemin entre du RnB, de la Soul et de la musique électronique, Process s’illustre comme un parchemin qui conte l’histoire d’un artiste anti-conformiste. Ainsi, « Blood on me » résonne comme un cri du cœur, « Under » un hymne à la danse et « Reverse Fault » une expérience. Sur 12 pistes soigneusement travaillées, Sampha excelle et propose un projet hors norme. Hors norme, c’est le mot pour définir l’univers du jeune Britannique ainsi que son timbre de voix si particulier. Défiant toutes chroniques, il ne cesse d’innover sur chacune des chansons. Elles se succèdent mais ne se ressemblent pas. Longtemps un album ne fut pas aussi bouleversant, tant sur sa composition que sur sa simplicité. Parce que finalement, il est simple. Et cette simplicité relève finalement une complexité: celle de concevoir un album sans fautes. L’année est à peine lancée que Sampha définit à lui seul la musique actuelle. Il sera difficile de faire mieux. On laissera le temps faire les choses. Baudelaire disait « L’art est long, le temps est court. » Alors, attendons et profitons du génie Sampha avant qu’un prochain peintre nous propose une toile aussi jolie. En retirant ma subjectivité, je ne peux que vous convaincre d’aller ne serait ce qu’écouter trente petites secondes de ce chef d’oeuvre.

Process disponible sur toutes les plateformes streaming, en vente partout, pour tous et au nom de l’Art.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire