Et oui, la fête des plantes de Fréjus. Le « premier truc à faire pendant les beaux jours », une manifestation qui existe depuis des lustres, et qui ne se démode jamais, toujours blindée, toujours remise au goût du jour, même un tout petit peu.

Cette année, pour le plus grand malheur de l’Office de Tourisme qui se cache derrière le rideau végétal pour organiser tout ça, il pleuvait, un peu. Et comme nous le disent chaque année les orgas, ça, à la fête des plantes, ça n’arrive pourtant jamais, normalement. Et bien même si cette édition 2017 a pris un peu la flotte, il a fait suffisamment sec pour que le public se déplace en masse, comme d’habitude. Et malgré le premier jour traditionnellement gratuit devenu payant (rage), il y avait assez de jolies choses pour encourager le chaland à se déplacer.

700 kilos de viande

Au sommet du Parc Aurélien, la petite ferme. Et c’est là que tout a basculé pour cette édition de la fête des plantes. L’OT a eu la bonne idée de rajouter un peu de « vivant » dans cette manifestation qui jusqu’ici accueillait parfois quelques ânes, mais rien de plus. Cette année avec le concours de quelques éleveurs, c’est carrément à une micro-ferme complète, avec des chèvres qui puent, un bouc agressif, des poules stupides et un coq majestueux, bref, tout ce qui fait le charme d’une véritable base-cour, que nous avons eu droit. Et c’est rien de dire que les petits citadins de l’agglo se sont éclatés à se balader dans les enclos, au contact des animaux, qui n’étaient pas farouches à l’idée de passer un moment dans un endroit peu commun pour eux.

La pièce maîtresse, c’était cette magnifique vache, énorme, sublime, gentille et câline que tous les visiteurs ont probablement imaginé emmener chez eux pour qu’elle devienne leur meilleure amie. Hélas, il fallait bien la laisser là-bas, dans ce parc Aurélien qui pleure déjà son absence. Il faut dire qu’elle était belle, encore plus que le lapin qui trônait vers l’entrée, qui a dû se faire caresser par 10 000 personnes en un weekend (notre photo).

Et sinon ?

Et bien sinon, toujours les mêmes qualités vantées chaque année par la presse (nous) et les visiteurs (vous) : plein d’exposants qui ne proposent pas la même chose, comme l’occasion unique, ou presque, de magnifier son jardin ou d’enrichir son potager, en une seule visite, à des prix vraiment intéressants. Il y avait ausi dans la villa des ateliers cuisine très intéressants et ludiques, des jeux pour les enfants, et tout le tremblement. La fête des plantes reste à ce jour la manifestation qui exploite le mieux l’espace génial offert par le parc et la villa Aurélienne qui le surplombe, et c’est sûrement pour ça que même par une météo vendéenne (n’en déplaise aux ressortissants, qui sont lucides, on l’espère), l’édition 2017 était au moins aussi chouette que les XX d’avant.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire