Je ne sais pas vous, mais moi, avec l’arrivée du printemps, j’ai le cabriolet qui me démange. Et oui, chers lecteurs masculins, avoir envie de rouler dans une décapotable 2 places, cheveux au vent et mains sur le volant – pas simplement du côté passager –, ça n’arrive pas qu’aux hommes ! En ce 21e siècle, il est même opportun d’avoir à l’esprit que niveau « bagnoles », la femme est un homme comme les autres. Les constructeurs du reste ne s’y trompent pas, qui déploient des trésors d’imagination et de créativité pour toucher largement le public féminin. Design aux formes arrondies, gammes de couleurs élargies, multi-options de série, ça ne lésine pas sur les idées – et les moyens – pour séduire la gent féminine ! Renault Twingo, Clio, Citroën C1 ou C3, Toyota Yaris, Nissan Micra, Fiat 500,… tous ont un produit d’appel pour les femmes : petite et facile à garer, pratique pour les courses, confortable pour les enfants, et esthétique aussi parce que quand même faut pas abuser. Bref, la citadine par excellence. Sauf que, si vous voulez mon avis, tout ça reste encore très sexiste.

Ça va peut-être en défriser quelques-uns, mais les femmes aussi aiment les – belles – voitures. Celles qui ont du style, du chien, ou de la gueule, et qui en ont sous la pédale. Car si ce n’est qu’à partir des années 70 que le taux de détention du permis de conduire chez les femmes s’est clairement rapproché de celui des hommes jusqu’à l’égaler, elles ont depuis bien rattrapé leur retard. La femme n’est plus simple passagère, elle est son propre pilote. Qui ne rechigne pas à se laisser tenter par un 4×4 ou un cabriolet. Il ne s’agit pas là d’une pseudo-intrusion sur le territoire des hommes, mais bel et bien d’un partage du même espace. Du coup, pour la femme aussi, la voiture constitue de nos jours un marqueur social. Signe extérieur de richesse ? Certes. Mais pas que. Parce que la Cendrillon des temps modernes, si elle cherche pédale de cabriolet à son pied, ne cesse pas pour autant d’y chercher chaussure également.

Messieurs, qu’on se le dise, nous sommes toutes des Grace Kelly au volant d’une Sunbeam Alpine Roadster dans « La main au collet », et nous espérons toutes secrètement avoir un Cary Grant à nos côtés sur le siège passager ! Et c’était en 1955…

M’oiselle Jeanne

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire