Google fait comme Apple mais nous « propose » de payer pour en avoir plus, pas de « payer d’abord », après on verra. Google Play Music fait la même chose que l’IMatch d’Itunes : on stocke des morceaux en ligne et on y a accès partout, avec tous ses périphériques de lecture, PC, Smatphone, Tablette…si ta bagnole va sur Internet toute seule, alors elle a accès à la bibliothèque stockée sur Google Play. 50 000 morceaux sans rien payer, contre 25 000 chez Apple, qui demande bien évidemment une participation, pour un service impeccable bien sûr, mais payant, toujours.

Est-ce que ça marche et à quoi ça sert ?

Pour marcher, ça marche. Même si ça ne court pas, parce que pour uploader des dizaines de milliers de mp3 et autre FLAC, il faut quand même un peu de temps vous vous en doutez. Cela dit, une fois que c’est stocké en ligne plus de problème. Google cherche tout seul dans sa base de données les pochettes, met à jour les tags, et remplace même certains titres par ceux qui sont dans son catalogue en 320kb/s. Bref, on en a pour son…temps. On n’a pas tous des cartes SD de 512 gigas (400 euros, ouais ça existe), alors si on veut avoir le choix dans son immense bibliothèque partout où l’on va, la solution Cloud c’est pas mal. De plus le lecteur qui va avec est assez souvent celui que les possesseurs de téléphones Androïd utilisent nativement, et il est plutôt bien foutu. Alors, pourquoi pas ? Tant qu’on a de la 4G ou une connexion WI-FI, franchement, c’est formidable. Et c’est bien rangé. Et ça sonne bien. Et c’est gratuit.

Mais…

Le stockage de masse dans le Cloud ne vous inspire pas ? Le partage de données ? Le fait d’y mettre des morceaux acquis par des biais douteux ? Vous avez peur d’Hadopi ? On vous comprend. Mais Google n’est-il pas celui qui se fait de l’argent avec de l’open source ? Qui se plaint du fait que ses concurrents veulent tout faire payer tout le temps ? La firme a su devenir énorme et richissime en offrant des services (on ne paye pas pour utiliser google ou pour mettre à jour Androïd, que l’on sache, et les applis sont souvent gratuites), alors pourquoi Google scierait la branche sur laquelle il est assis ? L’immense majorité des amateurs de musique ont téléchargé des choses depuis des années, et on imagine mal une gigantesque multinationale faire de la délation de masse pour gagner encore plus d’argent (et voir ses bureaux brûler sous un flot de napalm aux premières lueurs venues parce qu’un « dénoncé » voudra tout cramer, et il aura ses raisons).

Alors voilà, pesez le pour, le contre, et faites-vous votre propre idée. Disons que c’est le service qui crée la porte d’entrée de l’univers Google Music dans votre vie, et que rien que pour ça, Google a gagné quelque chose. Vous êtes désormais susceptible d’acheter un titre en ligne sur la plateforme que vous n’utilisiez jamais jusqu’à présent. Et franchement, c’est un pas énorme vers encore plus de bénéfices pour Google. Qui n’est pas le FBI. Voilà, le calcul s’arrête là, probablement.

Articles similaires

Laisser un commentaire