Le Vox se veut à la fois un cinéma de proximité, bénéficiant d’un emplacement idéal, place Agricola à Fréjus, et un cinéma d’art et d’essai, avec une programmation exigeante et attractive ; il a d’ailleurs obtenu le label décerné par le Centre National de la Cinématographie il y a quatre ans. Bref, il s’agit d’une belle histoire de ténacité et d’audace récompensées. Rencontre décontractée et entrecoupée de rires fréquents autour de trois verres en terrasse avec les inséparables Jean-Marie Charvet et Laurent Le Touzo, deux – parmi d’autres – des architectes essentiels de cette gageure, qui est aussi, et pourtant, une réussite.

Jean-Marie Charvet, qui es-tu ?

Je suis le gérant, que l’on appelle aussi, dans le lexique professionnel, exploitant d’une SARL qui coordonne et supervise quatre cinémas : le Lido à Saint-Raphaël, le Pagnol à Sainte-Maxime, l’Eden à Menton, et celui qui nous occupe présentement : le Vox à Fréjus. C’est une activité considérable, par surcroît assez étendue géographiquement.

Laurent Le Touzo, qui es-tu ?

Ibra, tu manques pas d’air de me poser cette question (rires). Je suppose, que si JM est l’exploitant, en toute logique cela fait de moi l’exploité (rires). Plus sérieusement, je suis l’animateur du « ciné-club » du Vox, qui propose tous les lundis à 20 heures un film d’art et d’essai en version originale, précédé d’une présentation du cinéaste, de sa filmographie antérieure, et du contexte du film ou de l’époque qu’il représente. Je vais être sympa et ne plus parler d’exploitation, mais ça fait quand même du boulot. (rires)

Tu as aussi d’autres activités, Laurent ?

Oui, ça m’arrive de griffonner des papiers pour un petit magazine sans avenir que tu connais bien nommé « Bah alors ? » (rires). Je suis aussi bibliothécaire, et responsable des animations à la Médiathèque Villa-Marie de Fréjus. Et je suis enfin chroniqueur et animateur sur Mosaïque FM, autour des quatre piliers de mon existence : le rock, le foot, la littérature et le cinéma. Armés de ces indices, ténus s’il en fut jamais, les lecteurs – par définition avisés – du mag’ sauront-ils identifier mon pseudonyme ? (rires)

Jean-Marie, quelle est la vocation, et surtout quelles sont les activités fondamentales du Vox ?

Tu veux dire, en dehors d’exploiter Laurent ? (rires) Bah, ça me laisse deux trois bricoles à faire (rires). Si tu veux, on peut en parler en dépliant la programmation du mois de novembre…

Ok, vas-y, Jean-Marie.

Je commence par le « ciné-club », car Laurent est à portée de main, et que ce garçon est du genre vindicatif (rires) C’est aussi, plus sérieusement, l’animation au rythme le plus intense, la seule à être hebdomadaire. La prochaine séance sera consacrée à « Jeune femme » de Léonor Serraille, le lundi 6 novembre à 20 h ; il s’agit d’un premier film français, frais, drôle et original, qui a obtenu la Caméra d’Or à Cannes, qui récompense le meilleur premier film de l’ensemble de la quinzaine.

Laurent, c’est quoi déjà les films suivants ? Faut bien que tu serves à quelque chose ! (rires)

Il y aura ensuite « Taxi Sofia », le lundi 13 novembre à 20 h, un film bulgare, original et très bien scénarisé ; puis « Tous les rêves du monde », le lundi 20 novembre à 20 h, le nouveau film de Laurence Ferreira-Barbosa, l’une des premières réalisatrices à avoir percé dans les années 90. Et puis ensuite, dans le désordre, il y aura les sorties du Festival de Cannes, « Mise à mort du cerf sacré », du grec cinglé Yorgos Lanthimos, « En attendant les hirondelles », film algérien de Karim Moussaoui, « Le musée des merveilles », le nouveau Todd Haynes, « La lune de Jupiter », du hongrois Kornel Mundruczo…

OK, OK, Laurent, mais je te rappelle que « Bah alors ? » n’a que quarante pages (rires). JM, qu’y–a-t-il d’autre au menu du mois de novembre ?

Grâce à Emmanuelle Picq, de l’atelier du Safranié, Christian Loubet, historien d’art et des mentalités, et professeur d’Université, animera un « ciné-peinture », et présentera le peintre allemand Egon Schiele en introduction au biopic sur cet artiste, réalisé par Dieter Berner, le vendredi 10 novembre à 20 h. Erudit et charismatique, accessible et drôle, Christian est un intervenant très suivi, au public fidèle : plus de 80 spectateurs à chaque fois. Le même soir, mais pour un public très différent, il y aura un film engagé, « L’intérêt général et moi », présenté par l’association Utopia 83. Suivi, une semaine plus tard, de « L’intelligence des arbres », un film écolo présenté par l’association Colibri. Le Vox travaille avec toutes sortes d’associations, on n’a pas d’œillères.

Heu, c’est quand même mieux pour un cinéma, non ? (rires) Laurent, d’autres animations au programme de novembre ?

LLT : Oui, il faut noter aussi trois partenariats, deux relativement enracinés, et un beaucoup plus récent, qui a commencé il y a un mois. Le premier est avec le prestigieux MET de New York ; il s’agit de la retransmission en mondovision, comme on disait quand nous on était jeunes, et que toi t’étais pas né (rires), d’opéras joués en direct à New York. C’est en matinée le samedi là-bas, donc ça fait 18 h au Vox, c’est vraiment idéal comme créneau. Ca marche du tonnerre, il y a près d’une centaine de spectateurs à chaque fois. Le 18 novembre, il y aura donc « L’ange exterminateur ». Ca tombe bien, c’est aussi le surnom que me donne JM en petit comité (rires).

JMC : Bon, je reprends la parole, Laurent, tu commences à craquer, là (rires). Autre partenariat, celui avec Pathé-Live : la retransmission de concerts au cinéma avec celui – très attendu – de Prince le jeudi 23 novembre à 20 h. Ce partenariat aussi est ancien. En revanche, celui avec La Comédie Française, sur le même principe que le MET, mais avec bien entendu des pièces de théâtre à la place des opéras, a commencé il y a un mois à peine. Il se met progressivement en place et cherche encore son public. On est confiants, le MET aussi a démarré pianissimo.

Laurent, le Vox est aussi un espace dans lequel la musique a sa place.

LLT : Oui, c’est une priorité de JM. D’où la création, cet automne 2017, du Jazz Club, une nouvelle animation musicale ; il y a déjà eu deux sessions, avec Emanuele Cisi d’abord, puis avec Fred et son frère, et la troisième session est programmée pour le jeudi 16 novembre à 20 h avec Fred Viale.

JMC : N’ayons garde, Laurent, d’oublier tout ce que le Vox organise de façon régulière. Il y a bien sûr le cycle du cinéma italien, proposé par Jérôme Reber en collaboration avec le C.I.P., la plus ancienne de toutes nos animations, cofondée par Paul-Louis Martin, auquel je veux ici rendre hommage. Entre le brio de l’animateur et la puissance et l’enracinement de l’association, chaque séance dépasse la centaine de spectateurs. Ce sera sans aucun doute le cas pour la séance du dimanche 26 novembre à 18h, pour le film « Tout mais pas ça » de Eduardo Maria Falcone, dans la mesure où il s’agit par surcroît d’une avant-première. Du même ordre, quoique plus récents, mais eux aussi très suivis, on doit signaler les « ciné-philo », animés par Catherine Cazenave, et les « ciné-psycho » animés par Béatrice Reiss, qui sont suivis de débats. Ainsi que la séance « Droits humains », régulièrement proposée par Amnesty International. Et très bientôt, il y aura le retour de « ciné-spiritualité » ; ces quatre animations sont supervisées par ma sœur Véronique.

LLT : Des débats, j’en fais un peu moi-même dans le cadre de « ciné club blockbuster », une nouvelle animation qui a commencé le mois dernier avec « Blade runner 2049 ». Ce démarrage très satisfaisant nous laisse à penser qu’il y aura d’autres séances de ce type. Mais, comme le dit souvent JM, mon seigneur et maître (rires), tu as beau programmer des animations, ça ne peut pas marcher sans le film qui va avec. Les ciné-concerts, qui ont vraiment fidélisé le public, et font dorénavant partie de l’identité du Vox, souscrivent à cette définition. En résumé, le Vox n’est pas seulement un cinéma d’art et d’essai, ainsi labellisé, c’est aussi et surtout un lieu de rencontres, d’échanges et de partage, avec plus d’une centaine d’animations diverses programmées chaque année.

JMC : Ca m’aurait étonné aussi qu’il n’ait pas le dernier mot, celui-là ! (rires)

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire