Jeune femme, de Léonor Serraille
Au ciné-club au Vox le lundi 6 novembre à 20 h

Le Pitch :

Un chat sous le bras, des portes closes, rien dans les poches, voici Paula, de retour à Paris après une longue absence. Au fil des rencontres, la jeune femme est bien décidée à prendre un nouveau départ. Avec panache.

3 bonnes raisons :

Parce que c’est un film frais, drôle et sympa
Parce que Laetitia Dosch, jeune actrice de grand talent, y campe une fofolle loufoque et attachante
Parce qu’il a obtenu la Caméra d’Or au dernier festival de Cannes

 

Blade Runner 2049, de Denis Villeneuve
Toujours en salles au Lido

Le Pitch :

En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies…

 

3 bonnes raisons :

Parce que c’est la suite du film mythique de Ridley Scott (1982)
Parce que Harrison Ford y revient, et que Ryan Gosling y arrive
Parce que c’est une réussite, à la fois fidèle à l’univers du film original, et cependant différente, bien menée et intrigante

 

The square, de Ruben Ostlund
Toujours en salles au Vox

Le Pitch :

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec ses valeurs : quand Christian se fait voler son téléphone portable, sa réaction ne l’honore guère… Au même moment, l’agence de communication du musée lance une campagne surprenante pour The Square : l’accueil est totalement inattendu et plonge Christian dans une crise existentielle.

 

3 bonnes raisons :

Parce que c’est la Palme d’Or du dernier Festival de Cannes
Parce que c’est un film très drôle, mais si, mais si
Parce que cette réussite et cette récompense témoignent toutes deux de la vitalité du cinéma suédois

 

Corps et âme, de Ildiko Enyedi
Toujours en salles au Vox

Le Pitch :

Mária, nouvelle responsable du contrôle de qualité et Endre, directeur financier de la même entreprise, vivent chaque nuit un rêve partagé, sous la forme d’un cerf et d’une biche qui lient connaissance dans un paysage enneigé. Lorsqu’ils découvrent ce fait extraordinaire, ils tentent de trouver dans la vie réelle le même amour que celui qui les unit la nuit sous une autre apparence…

 

3 bonnes raisons :

Parce que c’est un film hongrois merveilleux de délicatesse, de poésie et d’émotion
Parce qu’il raconte une histoire d’amour formidable entre deux personnes cabossées par la vie
Parce que c’est l’Ours d’Or du dernier festival de Berlin

 

Mise à mort du cerf sacré, de Yorgos Lanthimos
En novembre au Vox

Le Pitch :

Steven, brillant chirurgien, est marié à Anna, ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim, 14 ans et Bob, 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin, un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

 

3 bonnes raisons :

Parce que Lanthimos est complètement barge
Parce que ce film s’inscrit dans la lignée du précédent, « The Lobster » : même univers inquiétant, grinçant et absurde
Parce que Colin Farrell et Nicole Kidman y incarnent un couple idéal détruit par une machination luciférienne

 

Le musée des merveilles, de Todd Haynes
En novembre au Vox

Le Pitch :

Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

 

3 bonnes raisons :

Parce que Todd Haynes est le cinéaste génial de « I’m not there » et de « Carol »
Parce que c’est un film d’une grande maîtrise technique se passant pour partie en 1927, pour partie en 1977
Parce que la partie se déroulant en 1927 est filmée dans un noir et blanc muet d’une élégance achevée

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire