A ce jour, le projet de Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.) a été arrêté en Conseil municipal du 23 mars 2017 et a été soumis pour avis aux Personnes Publiques Associées. Va s’en suivre une enquête publique puis, après synthèse des différents avis, une approbation par vote du Conseil municipal.

Le P.L.U. est un document d’urbanisme qui établit un projet global d’urbanisme et d’aménagement et qui fixe les règles générales d’utilisation du sol sur le territoire communal. Il doit permettre l’émergence d’un projet de territoire partagé prenant en compte à la fois les politiques nationales et territoriales d’aménagement, ainsi que les spécificités d’un territoire. Il détermine les conditions d’un aménagement respectueux des principes de développement durable, en particulier par une gestion économe de l’espace, et, de développement local.

Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (P.A.D.D.) a défini les orientations générales d’aménagement et d’urbanisme pour le projet de P.L.U. de Roquebrune-sur-Argens :
1 – Développer un habitat et des équipements répondant aux besoins actuels ;
2 – Conforter et développer l’attractivité du territoire en renforçant le statut touristique de la commune ;
3 – Améliorer le maillage du territoire autour des 3 objectifs suivants :
– contribuer à l’amélioration des connections viaires et des déplacements en facilitant le quotidien grâce à des stationnements en adéquation avec les besoins ;
– autoriser le développement des énergies alternatives ;
– soutenir la promotion des constructions à basse consommation d’énergie.
4 – Protéger un territoire remarquable mais fragile ;
5 -Chiffrer des objectifs de modération de la consommation d’espace
et de lutte contre l’étalement urbain ;
6 – Affirmer le caractère multipolaire de Roquebrune-sur-Argens : 5 lieux de vie identitaires : le Village, les Quatre-Chemins, la Bouverie, la Rouvière, les Issambres.

Ce qu’il en dit.

Francesco LIO, Adjoint au Maire délégué au P.L.U. :

« Aménager une ville, c’est avant tout pouvoir prévoir les évolutions de ses quartiers. Ici, la qualité de la vie, des sites, des activités sont à préserver. Bien sûr, il faut progresser pour éviter de régresser. Mais les grands équilibres sont à respecter car nous tenons à notre identité, notre spécificité de commune en «vert et bleu». L’économie est au service de l’homme, de son bien-être et non le contraire : continuer à bien vivre passe par la maîtrise des déplacements, des urbanisations, avec mesure et bon sens : c’est le but de notre effort de planification »

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire