Le problème des commerces de centre-ville touche à peu près toutes les Communes de France. La communauté d’agglomération n’est pas en reste, et Puget-sur-Argens est l’exemple le plus parlant. La ville est la zone commerciale de l’intercommunalité, toutes les grandes enseignes s’y trouvent et quand il s’agit de faire deux courses, le premier réflexe c’est d’aller dans les commerces de la RN7. Conséquence directe : le cœur de village est désert. La moitié des commerces sont fermés, les locaux professionnels de la nouvelle résidence « Coeur de village » ne sont toujours pas occupés, la santé des commerces est peut-être plus fragile que dans les villes voisines. Puget a vu son nombre d’habitants augmenter de 100% en 10 ans. Ce rajout de population est composé en très large majorité de jeunes actifs attirés par des prix de loyers plus bas qu’ailleurs. Comment le poumon commercial de la CAVEM peut être aussi une « ville dortoir » ? Les grandes enseignes sont-elles la seule raison du manque de dynamisme du centre-ville ? On en a discuté avec Pascal Ronchieri, dirigeant de l’agence immobilière AGIR PACA, installé à Puget et trésorier de l’association des commerçants de la ville,

 

Pascal, quelle est, selon toi, la situation du commerce du commerce de centre-ville de Puget ? Selon moi, la situation du commerce de centre-ville de Puget est, pour le moins, préoccupante. Le problème majeur est qu’il n’y a personne, et il n’y a personne parce qu’il y a peu de commerces. D’un autre côté, il y a peu de commerces… parce qu’il n’y a personne. C’est un centre-ville qui n’est ni beau ni attractif et où il n’y a pas grand-chose à faire.

La ville de Puget a vu sa population augmenter de presque 100% en l’espace de 10 ans. Dans un futur très proche, la ville atteindra les 10 000 habitants. Comment se fait-il que les nouveaux arrivants ne soient pas plus attirés par le commerce de proximité ? Les nouveaux habitants ne sont pas attirés par le commerce de proximité parce que rien n’est fait pour les attirer. L’offre y est faible et il est difficile de rivaliser avec le confort apporté par les grandes enseignes de la RN7. Il nous faut établir des actions concrètes pour faire revenir du monde au centre-ville. Il faut proposer une offre complémentaire à celle des grandes enseignes.

Dans cette problématique chaque acteur a sa part de responsabilité et des tâches à accomplir pour redynamiser le centre-ville. Quelles actions accomplit l’association des commerçants en ce sens ? L’association fédère aujourd’hui un peu plus de la moitié des commerçants pugétois. Elle organise des actions ponctuelles comme des braderies de centre-ville, le Noël des enfants, ou encore la « foulée rosée » qui est née d’une magnifique initiative de notre ex-présidente Christine Azzopardi. Ces manifestations connaissent de grands succès, mais peut-être ne communiquons-nous pas assez sur le fait que ce sont les commerçants qui les organisent, et peut être ne gérons-nous pas assez les retombées que pourraient avoir de ce type de manifestation sur nos commerces. L’association distribue aussi régulièrement des flyers pour que les commerçants du centre-ville ne tombent pas dans l’oubli.

il n’y a personne parce qu’il y a peu de commerces. D’un autre côté, il y a peu de commerces… parce qu’il n’y a personne.

La seconde entité qui se doit de trouver des solutions c’est évidemment la mairie. Que peut-elle faire ? La mairie, est l’acteur principal qui pourra arrêter la spirale descendante du « moins de monde engendre moins de commerces, et moins de commerces engendre moins de monde », et qui pourra la transformer en une spirale ascendante du « plus de commerce engendre plus de monde, et plus de monde engendre plus de commerces ». Pour réussir ce défi, il faudra que le problème de la désertification du centre-ville soit considéré comme un objectif prioritaire. L’engagement de la mairie doit être fort et massif. Si elle veut redynamiser son centre-ville, elle doit y mettre les moyens.

Des moyens financiers ? Oui, bien sûr, mais aussi des moyens de communication et des moyens juridiques. J’ai bien conscience que les finances sont limitées et que si cette redynamisation devait se faire, elle se ferait au détriment d’autre chose. Pour ma part je suis convaincu qu’il s’agit d’une priorité, car l’âme d’un village ne se trouve pas dans une zone commerciale, froide et impersonnelle, mais dans son centre historique. Le centre de notre village devrait être l’endroit où les gens se rencontrent et discutent, l’endroit où les gens se croisent et apprennent à se connaitre, et surtout l’endroit où ils connaissent leurs commerçants et où leurs commerçants les connaissent. Qu’y a-t-il plus agréable qu’un commerçant qui connait vos habitudes, et qui offre un service de qualité et un accueil chaleureux ? J’ai connu cette ambiance de village et aujourd’hui elle me manque, et je suis convaincu qu’elle ne manque pas qu’à moi. Mais pour y parvenir, il faut commencer par sortir de l’ornière et mettre les moyens nécessaires à la construction d’une image forte.

Est-ce que dans l’association vous avez des idées d’actions qui pourraient être effectuées en corrélation avec la mairie ? Bien sûr ! La difficulté d’un tel projet est de le démarrer et pour ça il faut se donner les moyens. Ces moyens sont hors de portée de notre association, mais tout à fait accessible à une Municipalité si elle accepte d’en faire une de ses priorités. Voilà selon moi quelques actions que nous pourrions demander à la Mairie :
Rendre le centre de Puget plus joli et plus agréable, en imposant aux propriétaires de refaire les façades des bâtiments vétustes et en installant quelques bancs à certains endroits stratégiques. Je suis convaincu que les Pugétois ne verraient pas d’un mauvais œil que leur centre-ville devienne plus joli.
Mettre en avant l’histoire des « mange Lamberts », racontée en se promenant à travers certains lieux marquants. Je pense notamment au lavoir que beaucoup ont vu pour la première fois avec l’ouverture de la rue Victor Hugo, à l’église dont on a découvert la beauté après la démolition des immeubles du centre-ville, à l’oratoire qui symbolise l’image de Puget, ou encore au château d’eau, autrefois visité par les élèves des écoles, et aujourd’hui totalement abandonné. Peu de gens savent qu’il y a à cet endroit une vue extraordinaire qui va du Rocher de Roquebrune à la Mer en passant par la Plaine et les Montagnes… En mettant en valeur l’histoire de Puget à travers ces monuments, on pourrait organiser des visites guidées qui feraient traverser le village et donneraient de la visibilité à ses commerçants.
Organiser des manifestations de tous ordres afin de favoriser les réunions en centre-ville. Mon agence est située à côté de la salle Paul Cézanne, et je vois beaucoup de monde venir aux manifestations qui s’y déroulent. Il faudrait trouver quelques autres points de rencontre à différents endroits du village, et y organiser des rencontres sur des points d’intérêts, qui pourraient être par exemple des cours de yoga, de stretching, ou des activités de clubs ou d’associations. Chacun de ces points aurait un but commun, amener la population dans un centre-ville beau et agréable.

Ces actions ne coûtent rien ? Oui, un, mais peu, car les monuments existent, et qu’il suffirait de les mettre en valeur. Quant à la réfection des façades, elle est déjà subventionnée, mais pas imposée. Pour les visites guidées, on pourrait s’appuyer sur l’Office du Tourisme. Ces visites pourraient être agrémentées de la rencontre de commerçants qui proposeraient des activités ou simplement raconteraient l’histoire de leur métier. Les touristes installés dans les campings viendraient visiter le village dans lequel ils passent leurs vacances, et deviendraient probablement consommateurs, alors qu’aujourd’hui ils n’y viennent pas, car ils n’ont pas de raison d’y venir.

Alors qu’est-ce qui coûterait plus cher à la ville et qui serait bénéfique aux commerces ? L’aide à l’installation des nouveaux commerçants ! Toutes les initiatives ci-dessus ont pour but d’amener les gens dans le village. Ils y viendront une fois ou deux, mais n’y reviendront pas s’ils n’ont pas de motivation à le faire ! Il faut distinguer Puget par un positionnement fort et une image qui suscite l’intérêt. Ce positionnement peut se faire à travers un circuit d’art, une spécificité artisanale, ou encore à travers un « Label ». Prenons un exemple. Puget pourrait vouloir se labelliser autour du commerce BIO, et pourrait communiquer sur un slogan du type « A Puget c’est BIO ». La communication autour de cette image dépasserait largement les limites de notre Commune, et amènerait une clientèle extérieure, prête à faire un petit crochet en allant faire ses courses.Il faudrait alors établir une liste de commerces prioritaires et leur proposer de s’installer à Puget. Comme l’installation devrait se faire alors que la clientèle n’est pas encore développée, il faudrait les aider en assumant, par exemple, 12 à 18 mois de leur loyer, et en participant à leurs frais d’installation. En contrepartie, la ville pourrait demander à ce que soit respecté un cahier des charges en termes d’amplitude des horaires d’ouverture, de qualité des produits, et du service. Avec une communication réussie, et un positionnement bien étudié, il est certain que les clients des grandes enseignes, viendront jusqu’au centre-ville, ne serait-ce que par curiosité. Si la qualité des produits, le service et la convivialité sont au rendez-vous, il est certain que la curiosité se transformera en fidélité, et l’amorce d’une spirale vertueuse sera enclenchée. Nous pouvons raisonnablement imaginer que de là se créeraient d’autres commerces, dans d’autres secteurs d’activité, qui viendraient s’installer parce qu’il y a du monde, et qui apporteraient, à leur tour, un peu plus de monde.

l’âme d’un village ne se trouve pas dans une zone commerciale, froide et impersonnelle, mais dans son centre historique.

Mais les locaux commerciaux sont privés. Comment la mairie pourrait imposer l’installation de commerce bio dans son centre ? Comme je viens de le dire, en prenant en charge des loyers et des frais d’installation, en choisissant un bon positionnement, et en assurant une communication massive. De cette façon les commerçants auront une véritable motivation à venir s’installer à Puget. Ils viendront parce qu’on les aidera à faire le pari de la redynamisation d’un centre-ville. Ils viendront parce qu’ils bénéficieront d’un centre-ville beau et attractif et d’une communication forte autour de leur cœur de métier. Une fois la chose amorcée, elle s’autoalimentera en peu de temps. Si les clients trouvent une offre importante et de qualité, s’ils peuvent faire leurs achats en retrouvant l’esprit du marché et s’ils peuvent se garer facilement, ils reviendront.

Tu es plutôt actif sur les réseaux sociaux et récemment sur les forums dédiés à l’intercommunalité, tu as posté quelques coups de gueule au sujet des parkings et du sens de circulation. Quel est le problème ? Je tiens à préciser que c’est un point de vue personnel qui n’engage pas l’association des commerçants. Lorsque la totalité des rues traversantes de la ville a été mise en arrêt minute, j’ai eu l’impression que Puget était devenu une ville fantôme. Une ville déserte, comme on en a vu dans les westerns, il ne manquait que les boules de paille qui traversent la rue ! Il n’y avait pas besoin de mettre toutes les rues, en arrêt minute, quelques places bien ciblées auraient été largement suffisantes. Je serai le premier ravi qu’il faille le faire un jour, après la mise en œuvre d’une stratégie gagnante, qui rendrait la chose nécessaire du fait de l’afflux de clients dans les boutiques. Je serai le premier ravi que cet afflux soit tel qu’on soit amené à faire une rue piétonne. Mais les choses doivent se faire dans l’ordre.

Il y avait un parking prévu sous le bâtiment qui doit voir le jour à l’endroit des démolitions ? Il était effectivement prévu un parking d’une quarantaine de places, mais il a été abandonné faute de moyens. J’ai bien conscience que les finances de la ville ne permettent pas de tout faire, mais je regrette simplement que l’on choisisse de mettre les moyens sur d’autres projets. Lorsque ce projet a été abandonné, l’Association des commerçants a suggéré à la Mairie d’utiliser les parkings existants pour en faire des zones de stationnement temporaire en journée avec l’installation de barrières à l’entrée, et une gratuité d’une heure. Le stationnement serait redevenu libre en dehors des heures d’ouverture des commerces afin de laisser aux habitants les places pour se garer en rentrant chez eux. Malheureusement cette proposition n’a pas été retenue.

Et concernant le sens de circulation ? Selon moi, le nouveau sens de circulation est absolument illogique. Aujourd’hui traverser la rue Général De Gaulle n’a plus aucun intérêt. Lorsque vous prenez cette rue, vous démarrez de Victor Hugo, vous arrivez à un sens interdit où vous ne pouvez que tourner deux fois sur votre droite, pour …. revenir à Victor Hugo ! On peut se faire avoir une fois ou deux, mais on comprend vite que ça ne sert à rien, et on n’y repasse plus. Le corollaire est que les commerçants de la rue du Général de Gaulle ont vocation à être oubliés. J’ai d’ailleurs pu échanger avec certains d’entre eux qui m’ont fait part d’une baisse sensible de leur Chiffre d’Affaires depuis le changement de sens de circulation. Dans l’autre sens, c’est presque pareil. Une fois arrivé au bar de la place, on amorce un dédale pour retrouver le bas du village et la RN7. Qui, aujourd’hui, à part s’il a véritablement quelque chose à y faire, traverse le centre du village ? Plus grand monde ! Selon moi il ne faut pas limiter le flux de véhicules afin de favoriser la visibilité des commerçants, car un commerce qui n’est plus vu est un commerce qui meurt… C’est d’autant plus dommage que certains commerces ont récemment ouvert à Puget, et que la clientèle est au rendez-vous, preuve que la demande existe.

Si tu avais une question à poser à la municipalité à ce sujet, ce serait laquelle ? Est-ce que la redynamisation du centre-ville fait partie de vos priorités ? Et si oui, quels moyens êtes-vous prêts à mettre en place pour y parvenir ?

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire